Favoritisme : l'ancien maire de Tarare risque six mois de prison avec sursis

Le service METRONEWS
Publié le 12 décembre 2014 à 12h16
Favoritisme : l'ancien maire de Tarare risque six mois de prison avec sursis

FAIT DIVERS – Le tribunal correctionnel de Lyon a requis ce jeudi 11 décmbre une peine de six mois de prison contre l'ancien maire de Tarare, Thomas Chadoeuf-Hoebeke. Il est accusé de favoritisme dans l'attribution d'un marché public.

Six mois de prison avec sursis et 5.000 euros d'amende. L'addition de la végétalisation de l'hôtel de ville va peut-être être salée pour l'ancien maire de Tarare, Thomas Chadoeuf-Hoebeke. L'ancien élu était convoqué ce jeudi 11 décembre au tribunal correctionnel de Lyon. Selon le Progrès , il serait accusé de "favoritisme dans la passation du marché public" de végétalisation de sa mairie. L'entreprise Canevaflor avait été choisie pour ces travaux.

Face à la justice, Thomas Chadoeuf-Hoebeke assure ne pas avoir demandé à ce que Canevaflor obtienne ce contrat. Il se défend même d'avoir "écrit la procédure de marché public". Seul hic, son ancien directeur général des services, Philippe Soleilhaca affirmé le contraire aux enquêteurs: "le maire m'a demandé de mettre en œuvre ce marché, il souhaitait que Canevaflor soit choisie", selon le Progrès.

Prison avec sursis requise

Lors du procès, son ex-collaborateur à la mairie et l'ancien patron de Canevaflor auraient tenté de minimiser la responsabilité de Thomas Chadoeuf-Hoebeke. Pour condamner ce "petit arrangement entre amis", le procureur a requis ce jeudi 11 décembre une peine de six mois avec sursis et 5000 euros d'amende à l'encontre de l'ancien maire de Tarare.

Des peines allant de 4 mois de prison avec sursis et 2500 euros d'amende à six mois avec sursis et 5000 euros d'amende ont été demandées pour l'ensemble des prévenus dans ce dossier. Le jugement a été mis en délibéré au 26 février.


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info