Filière djihadiste : deux hommes et une femme arrêtés dans le Gard

Laurence Valdés
Publié le 21 juin 2014 à 10h20
Filière djihadiste : deux hommes et une femme arrêtés dans le Gard

SECURITE - Deux hommes et une femme soupçonnés d'appartenir à une filière jihadiste ont été mis en examen vendredi soir à Nîmes. Les deux hommes ont été incarcérés et la femme a été libérée sous contrôle judiciaire.

Ils auraient agi depuis le Sud de la France. Deux hommes ont été arrêtés et mis en examen à Nîmes vendredi dans la soirée. Ils sont tous les deux allés en Syrie pour y combattre le régime de Bachar al-Assad dans les rangs jihadistes. Désormais de retour en France, ils sont soupçonnés d'appartenir à une filière qui vise à préparer des actes de terrorisme. Une troisième personne, une femme, a été mise en examen pour le même motif mais elle a été laissée libre sous contrôle judiciaire.

Plusieurs centaines de personnes sont déjà parties de France - ou envisagent de le faire - pour se rendre en Syrie afin d'y rejoindre les rangs jihadistes du Front al-Nosra ou de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL). Quelque 55 procédures en lien avec des filières syriennes sont en cours à Paris. Elles concernent environ 300 personnes, mises en examen ou susceptibles d'être poursuivies.

Menace terroriste

Selon les services secrets européens, ils représentent le risque principal d'attentat à leur retour. Cette crainte a été concrétisée pour la première fois le 24 mai par l' attaque du musée juif de Bruxelles , qui a coûté la vie à quatre personnes.  Le tireur présumé, Mehdi Nemmouche , est un Français revenu en mars de Syrie où il a combattu. Arrêté à Marseille, il doit être prochainement remis à la justice belge.

Un plan de lutte contre ces filières avait été présenté le 23 avril par Bernard Cazeneuve. Une des mesures phares est la possibilité donnée aux proches de candidats potentiels au jihad de les signaler sur une plateforme internet et un numéro vert. Ce dernier, 0 800 005 696, fonctionne depuis le 29 avril.

EN SAVOIR +

>>  24 candidats au jihad en Syrie signalés en dix jours

>> Tuerie de Bruxelles : "Les indices sautent aux yeux seulement après coup"

>> Mehdi Nemmouche était connu des services secrets


Laurence Valdés

Tout
TF1 Info