FAIT DIVERS – De nombreuses questions se posent autour de l'homme qui s'est donné la mort dimanche soir en se jetant sous un TGV. Si l'identité n'a pas été confirmée par les enquêteurs, il pourrait s'agir du mari de l'enseignante décédée mercredi à Noé.

Et si le suicidé du TGV était le mari de l'institutrice retrouvée morte à Noé ? Selon La Dépêche du Midi, l'homme qui a été percuté par un TGV à Saint-Rustice (Haute-Garonne) entre Toulouse et Montauban dimanche vers 18 h 20 hier pourrait être l'époux de l'enseignante.

Le train parti un quart d'heure plus tôt de la gare Matabiau a heurté de plein fouet un individu qui se trouvait sur les voies. L'impact a été tel que les restes de son corps ont été retrouvés sur la commune voisine de Pompignan (Tarn-et-Garonne).

Le mari reste introuvable

Si les enquêteurs se refusaient d'émettre des hypothèses sur l'identité de la victime, des témoins n'hésitaient pas à faire localement le rapprochement avec le mari de Béatrice Siméon, cette institutrice dont le corps a été retrouvé sous une bâche dans le jardin familial.

Selon les résultats de l'autopsie, la thèse de l'asphyxie a été confirmée. Depuis les gendarmes sont sur les traces de ce chauffeur routier à la retraite, âgé d'une soixantaine d'années, et qui demeure introuvable. 


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info