Il se déguisait en soignant pour agresser sexuellement des patientes d'hôpital

Le service METRONEWS
Publié le 6 juillet 2014 à 17h30
Il se déguisait en soignant pour agresser sexuellement des patientes d'hôpital

JUSTICE – Cet homme 23 ans aurait commis deux agressions sexuelles au CHRU de Lille en avril dernier. Le tribunal de Lille l'a condamné, jeudi, à deux ans de prison, dont quatorze mois avec sursis.

Un comportement inquiétant. Le tribunal de Lille a condamné, jeudi, un homme à deux ans de prison dont quatorze mois avec sursis, pour "attouchements sexuels sur mineur". Retour sur les faits. Le 27 avril dernier, Sunny T. s’introduit, vers 3h30, aux urgences de l’hôpital Jeanne-de-Flandre de Lille. Déguisé d’une blouse blanche et d’une charlotte volées, cet homme de 23 ans réussit à entrer dans la chambre d'une jeune patiente de 14 ans hospitalisée après une opération.

A l'intérieur, il tente de glisser sa main entre ses jambes. Refroidi par les cris, il s'enfuit, avant d'être finalement arrêté par les vigiles de l'hôpital. Jeudi, devant le tribunal, Sunny T. était aussi accusé d'une autre agression sexuelle sur une patiente, survenue le 12 avril à l’hôpital Salengro, également en s'étant vêtu d'une blouse blanche volée.

"Il m’a demandé de lui montrer ma cicatrice"

Lors de son procès, l'accusé a admis les faits commis lors du 27 avril, mais a réfuté la première agression. Selon La Voix du Nord , la mineure l’a aussi aperçu, dans sa chambre d'hôpital, en train de se masturber. "Il m’a demandé de lui montrer ma cicatrice et il s’est mis à la caresser", a déclaré la jeune victime, qui depuis ne va plus à l’école et n'arrive plus à dormir seule.

Selon les experts psychiatre, Sunny T. est schizophrène et son discernement était altéré au moment des faits, ce qui ne l'empêche pas d'être justiciable. L’agresseur, qui était interné d’office à l’EPSM (établissement public de santé mentale) d’Armentières, dormira dorénavant en prison. Rappelons qu'après ces dramatiques intrusions, une "enquête administrative" a été lancée à l’hôpital Jeanne-de-Flandre de Lille pour mieux sécuriser les conditions d’accès à son enceinte, en particulier la nuit.


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info