Ils vont rallier Toulouse depuis Bangkok en tuk-tuk électrique

Le service METRONEWS
Publié le 3 août 2015 à 15h07
Ils vont rallier Toulouse depuis Bangkok en tuk-tuk électrique

INITIATIVE – Trois étudiants toulousains de l'école de management l'IAE s'apprêtent à s'élancer pour un périple de quatre mois entre Bangkok et la Ville rose à bord d'un tuk tuk électrique. Et veulent ainsi démontrer le potentiel des véhicules électriques pour se déplacer de façon plus durable.

C'était une idée un peu folle lancée entre amis qui s'est transformée en véritable projet. D'ici quelques jours, Rémy, Karen et Ludwig, respectivement 23, 26 et 27 ans se sont élancés dans une aventure inédite : relier Bangkok à Toulouse en... tuk-tuk électrique (tricycle à moteur).

Animés par l'envie de découvrir d'autres cultures, Ludwig et Karen, ont eu l'idée, il y a quelques mois de transformer le stage de leur double cursus de Master à l'université Mahidol de Bangkok en projet de voyage écolo. "Nous voulons démontrer qu'il est possible de parcourir de longues distances grâce à un véhicule électrique. Or l'expérience n'a jamais été tentée avec un tuk-tuk", explique Rémy convaincu par ses deux amis de rejoindre l'aventure. En quelques mois, The Pilgreens, comme ils se sont baptisés, ont récolté 40.000 euros auprès de sponsors, soit une première partie des 60 000 euros nécessaires pour s'équiper du fameux tuk-tuk.

De 150 à 180 kilomètres par jour

Muni de deux batteries au lithium et d'un panneau solaire en complément, le véhicule à trois roues pourra parcourir entre 150 et 180 kilomètres par jour. A travers la quinzaine de pays qu'ils traverseront, ils devront trouver chaque jour des hébergements, parfois chez l'habitant, leur permettant de recharger les batteries.

A bord de leur monture insolite, les trois amis veulent ainsi interpeller les populations. "Un tuk tuk fait habituellement beaucoup de bruit et pollue. Ici, à Bangkok, où nous préparons notre départ, nous attirons beaucoup les regards, c'est le but, explique Karen. Nous avons appris qu'en Thaïlande, seuls 20 véhicules électriques sont en circulation dans tout le pays. Ici, la voiture est un signe d'ascension sociale, on recherche donc la plus puissante pas la plus écolo, nous voulons donc aider àchanger les regards."

Développer la mobilité électrique

Au-delà du défi technique, cette expérience leur permettra de développer une ONG de promotion de la mobilité durable et de "comprendre les besoins et les freins au développement de la mobilité électrique dans les grandes métropoles". Mais avant cela, ils se sont fixés un autre objectif : être de retour en France pour l'ouverture de la COP21 où ils témoigneront de leur périple au pavillon de solutions afin de montrer "que chacun peut agir à son échelle".

Pour suivre leur voyage rendez-vous sur la page Facebook de The Pilgreens ou sur www.the-pilgreens.com

A LIRE AUSSI >> Crise climatique : "les mots ne suffisent plus"


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info