Immobilier à Lyon : c’est le moment d’investir !

Le service METRONEWS
Publié le 24 octobre 2014 à 10h23
Immobilier à Lyon : c’est le moment d’investir !

BONNES AFFAIRES - Si vous hésitez encore avant d'acheter un logement dans l'agglomération lyonnaise, ces lignes pourraient vous convaincre. En effet, le contexte paraît tout à fait favorable pour se lancer.

De mémoire d’experts incollables sur les emprunts immobilier, les taux d’intérêts en région lyonnaise n’ont jamais été aussi attractifs ! Ils se négocient même en-dessous de la barre symbolique des 3 %. "Entre janvier 2013 et juin 2014, la baisse des prix des appartements (-3.7%), conjuguée à l’augmentation de la capacité d’emprunt (14 289 euros en plus sur 20 ans), permet de s'offrir 6 mètres carrés de surface en plus à Lyon", indique la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim) du Rhône.

Le temps est donc au beau fixe sur un marché lyonnais décidément surprenant : contre toute attente en effet, le nombre de transactions a augmenté de 2,6 % au premier semestre. La pierre reste une valeur sûre et les prix de l’ancien s’échelonnent sans surprise de 2 589 euros le mètre carré dans le Vème arrondissement à 4 393 euros le mètre carré dans le VIe.

Les acheteurs en position de force

Si les investisseurs visent les petites surfaces pour les louer ensuite à des étudiants, les foyers avec enfants peuvent dénicher de belles affaires sur des trois ou quatre pièces. Le stock s’allonge et certains prix sont négociables. Les biens à défaut ou à rénover, même situés dans des quartiers huppés, subissent des décotes importantes. Des appartements intéressants sont également à saisir dans le quartier Bellecombe (VIème), près de La Part-Dieu (IIIe), dans le VIIe arrondissement entre le sud de la Guillotière et Gerland, ou encore à l’ouest, vers Vaise (IXe) et le Point-du-Jour (Ve).

Actuellement, les acheteurs potentiels se retrouvent en position de force. Très pointilleux, ils ne laissent rien au hasard. "Après cinq longues années de recherche, nous venons enfin de craquer pour une petite maison dans le quartier de Montchat !, expliquent Tommy et Léa, un jeune couple jusqu’alors locataire dans le quartier de Monplaisir. Pour remplir tous nos critères liés aux transports, le diagnostic de performance énergétique, le stationnement et l’orientation, nous avons multiplié les visites et tout étudié en détail. Nous avons également réussi à négocier le prix d’achat grâce aux travaux à entreprendre." Et un banquier lyonnais de préciser : "Il faut savoir rester raisonnable selon son apport. Je conseille souvent à des primo-accédants de commencer par s’offrir un T2 dans un quartier en devenir pour limiter la durée du prêt. Ensuite, ils auront l’opportunité de viser mieux". Enfin, les bourses plus fragiles peuvent toujours se tourner vers la périphérie lyonnaise. Bien desservies par les transports, Bron, Décines ou encore Meyzieu peuvent constituer un bon compromis.


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info