Jouez-la comme "Top Gun" en embarquant dans un simulateur de vol

Le service METRONEWS
Publié le 6 février 2015 à 16h42
Jouez-la comme "Top Gun" en embarquant dans un simulateur de vol

LOISIRS - Situé dans la zone d'activités d'Aix-Les Milles, la Fighters Academy propose de piloter un F-16 dans un simulateur. Frissons garantis.

L’arme ultime aujourd’hui, c’est moi. Je vais pouvoir jouer à Tom Cruise dans Top Gun . Pour cela, j’enfile combinaison et casque de pilote de chasse pour de vrai. Mes vieilles lunettes de soleil "aviateur" prennent enfin tout leur sens. Finie la frime, les choses sérieuses commencent. Un dernier bisou à maman avant de gagner la base, et c’est parti.

Dans la zone d’activités Les Milles, à Aix-en-Provence, la Fighters Academy propose des simulations de vol. Deux cockpits de F-16 , fidèlement reproduits, trônent dans la pièce. L’immersion est totale avec une vue à 180 degrés et un nombre infini de scénarios de mission. Autour de moi, dans le cockpit, les commandes abondent : ça fait beaucoup de boutons, de voyants de manettes... Mince ! Mes collègues ont eu beau me motiver – "vas-y, Maverick, mets-y le paquet !" –, je me sens tout petit.

Duel aérien

Heureusement, le copilote est un vieux loup des airs. Sébastien Bourdot a piloté des Mirage 2000 pendant vingt ans pour l’armée française. Mon capitaine a derrière lui des théâtres d’opérations tels que les Balkans. Il sait de quoi il parle ! Après les recommandations d’usage, nous décollons. Durant le vol, il m’indique avec un pointeur laser les commandes à surveiller, m’explique les réflexes à adopter et, surtout, à quoi correspondent les chiffres et les logos inscrits sur mon viseur.

Sébastien sait s’adapter à ses élèves et la confiance me revient. Je pousse la poignée des gaz et le F-16 monte à Mach 2. Altitude stabilisée à 15.000 pieds, nous engageons le combat avec six ennemis. Prendre en chasse, verrouiller, larguer les missiles : la prise en main est aisée, même pour qui n’a pas passé des heures à jouer au jeu vidéo Afterburner.

Vu la taille des écrans, j’ai l’impression de virer en même temps que l’appareil. A tel point que je ne repère pas la menace. Après que j’ai détruit mon quatrième adversaire, deux missiles nous font exploser en plein vol. J’attends que mon siège s’éjecte... en vain. C’est bien la seule limite de la simulation.
 

Petite séquence émotion en revoyant, ci-dessous, l'un des duels entre Maverick et Jesper.

ou en découvrant la version parodique de Top Gun...


Le service METRONEWS

Sur le
même thème

Tags
Articles

Tout
TF1 Info