La Fêtes des lumières, c'est (aussi) une histoire de sécurité

Le service METRONEWS
Publié le 1 décembre 2014 à 15h22
La Fêtes des lumières, c'est (aussi) une histoire de sécurité

PREVENTION – Un important dispositif sera déployé tout au long des quatre jours (du 5 au 8 décembre). Quelque 1 500 personnes seront mobilisées.

Pour eux aussi, la Fête des lumières est un rendez-vous incontournable. Mais au lieu de profiter de la magie de l'événement , les différents acteurs de la sécurité seront sur le pont de vendredi à lundi afin que tout se passe au mieux. Car gérer durant quatre jours la présence de centaines de milliers de personnes dans les rues de Lyon n'est bien évidemment pas anodin.

"Depuis 2009, le dispositif Orsec (Organisation de la Réponse de SÉcurité Civile, ndlr) est activé par le préfet, explique à metronews Christian Appietto, de la direction de la sécurité et de la prévention à la Ville de Lyon. Deux PC sécurité sont mis en place et réunissent la police, la direction des événements, le Samu, les pompiers ou encore Keolis ", précise-t-il.

Gérer les mouvements de foule

Sur le terrain, si la police nationale sera bien sûr sur le qui-vive, environ 140 fonctionnaires de la police municipale seront notamment mobilisés chaque soir, ainsi que 4 compagnies de CRS, 4 casernes de pompiers, des agents de sécurité et même des moyens nautiques et des démineurs. Une douzaine de postes de secours seront également installés à travers la ville. Au total, cette année, quelque 1.500 personnes seront donc impliquées.

"Le plus gros problème à gérer reste les mouvements de foule, poursuit Jérôme Hutet, chef du service festivités à la police municipale de Lyon. Nous tentons, en amont, de repérer les installations pouvant attirer le plus de monde afin de nous déployer en conséquence. Mais ce n'est pas toujours simple de savoir à l'avance quelle création aura du succès."

Moins d'agressions

En 2011, les responsables de la sécurité avaient par exemple été surpris par le buzz créé par l'éléphant installé au passage Ménestrier. "Nous avions dû revoir le dispositif", se rappelle Jérôme Hutet. En 2008, les organisateurs avaient également eu droit une belle frayeur place des Terreaux. "C'était la première fois qu'un long spectacle était organisé ici lors de la Fête des lumières. Comme l'endroit est enclavé, il y avait eu des mouvements de panique et cela avait été extrêmement tendu", se souviennent-ils.

Depuis, un système d'entrée et de sortie est spécialement mis en place pour gérer le flux de population. Enfin, durant l'événement, le nombre d'agressions reste relativement bas. "Il y en a moins qu'un samedi dit 'normal', relève Jérôme Hutet. Même s'il y a quelques soucis de vols à la tire, d'alcool ou de stupéfiants, la Fête reste un événement bon enfant."


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info