La Folle journée 2015, le changement dans la continuité

Le service METRONEWS
Publié le 26 janvier 2015 à 17h08
La Folle journée 2015, le changement dans la continuité

CULTURE – De mercredi à dimanche, environ 350 concerts sont organisés dans le cadre de la Folle journée, qui se tient à la cité des congrès de Nantes et au Lieu Unique.

Le cliché a la peau dure : la musique classique, c’est réservé aux connaisseurs, aux gens aisés, et de préférence… aux personnes âgées. Et pourtant ! Depuis 21 ans, la Folle journée de Nantes dépoussière ces a priori, et ouvre grand la porte à tous les amateurs de musique classique. Cette année, quelques nouveautés devraient agrémenter le programme.

La Folle journée, c’est quand et où ?
Le coup d'envoi de la Folle journée, marathon musical est donné mercredi après-midi et se poursuit jusqu'à dimanche soir, dans une dizaine de salles de la Cité des congrès de Nantes et du "Lieu unique" voisin, pour des concerts d'une durée de 45 minutes environ.

Qu’est-ce qu’on peut y entendre ?
Musique religieuse, baroque mais aussi jazz, électro et fado, il y en aura "pour tous les goûts", promet René Martin, le créateur et directeur artistique de ce festival. 350 concerts sont donnés de mercredi à dimanche autour des "passions de l'âme et du cœur", le thème de cette année. 2.000 artistes sont invités, venus de tous pays.

Pourquoi ça marche aussi bien ?
En vingt ans d'existence, René Martin, le père de la Folle journée n'a "pas touché d'un iota au concept" et "ne transigera" jamais sur cet "esprit de places très accessibles" pour accueillir un public le plus large possible en proposant une offre de qualité. C’est en effet l’idée du rendez-vous : ouvert aux néophytes comme aux mélomanes, avec une programmation aussi populaire qu’exigeante.
Et l’intérêt du public est loin de s’émousser. La fréquentation a été multipliée par huit depuis la première édition de 1995 consacrée à Mozart. Cette année encore, les fans de Bach et Beethoven n'ont pas hésité début janvier à camper deux nuits devant la Cité des congrès pour être les premiers à acheter leurs places aux guichets. Plus de 117.000 billets ont été écoulés en trente-six heures, sur environ 170.000 à la vente en 2015, contre 148.000 en 2014.

Le concept a-t-il changé ?

La 20e édition, l’an dernier, a constitué un petit virage dans l’histoire de la manifestation culturelle. Les organisateurs ont décidé d’apporter un peu "d’oxygène" dans la formule qui commençait à être bien huilée. René Martin avait en effet eu "l’audace" d’abandonner les éditions entièrement consacrées à un compositeur – Mozart, Beethoven ou Schubert – pour choisir un "thème fort", celui de la musique du XXe siècle, et un jeune pays, l’Amérique. "C’était un vrai pari car 60% des œuvres présentées étaient inconnues du public", explique le directeur artistique. Audace payante : c ’est finalement la Folle journée qui a eu le plus de succès , avec un taux de fréquentation de 97%. En faisant se côtoyer musique classique, jazz et comédie musicale, la cuvée 2014 a également ramené un nouveau public, plus jeune de sept ans en moyenne, mais aussi moins cadre supérieur.

Qu’est-ce qui attend les spectateurs cette année ?
Les organisateurs veulent continuer à chambouler la programmation . Alors pour cette 21e édition, René Martin a convié des artistes "passionnés" aussi variés que le chanteur de fado et guitariste Antonio Zambujo, le chanteur breton et musicologue Yann-Franck Kemener, le chœur spécialisé dans les chants de Provence Lo Cor de la Plana, l'ensemble allemand Spark ou encore la soprano sud-africaine Pumeza Matshikiza, qui clôturera les journées de samedi et dimanche dans le grand auditorium.
Les adeptes de Bach auront aussi le choix, avec des œuvres du grand compositeur allemand interprétées au piano, à l'accordéon par Richard Galliano, au clavecin avec le fondateur du Bach Collegium Japan Masaaki Suzuki, au saxophone avec le Signum Saxophone Quartet, ou encore sous la direction du violoniste Gidon Kremer ou celle du "pape" de la passion, Michel Corboz, et de son Ensemble vocal instrumental de Lausanne. En 2016, la "Folle journée" de Nantes se déclinera sur le thème de la nature, puis sur ceux de la danse en 2017 et de l'exil en 2018.


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info