La prime à la naissance divisée par 3 à partir du deuxième enfant

Le service METRONEWS
Publié le 29 septembre 2014 à 17h57
La prime à la naissance divisée par 3 à partir du deuxième enfant

FAMILLE – Pour réduire le déficit de la Sécurité sociale, le gouvernement veut économiser sur les prestations familiales. La prime à la naissance à partir du deuxième enfant doit ainsi passer de 930 euros à 310 euros.

C'est un sérieux coup de rabot sur les prestations familiales. Pour renflouer le trou de la Sécurité sociale, le gouvernement va économiser sur plusieurs d’entre elles, a confirmé ce lundi, la ministre de la Santé Marisol Touraine , dans le cadre du projet de budget de la Sécurité sociale pour 2015. Un projet qui prévoit des économies d’environ 700 millions d’euros pour la branche famille.

> La prime à la naissance diminuée

Première touchée : la prime à la naissance versée aux familles à partir du deuxième enfant. Actuellement de 930 euros , elle va être divisée par trois et s'élèvera alors à 310 euros ; sont concernées par cette mesure les familles dont les enfants seront nés après le 1er janvier 2015. A elle seule, cette mesure doit permettre d’économiser environ 250 millions d’euros, selon le ministère de la Santé.

> Le congé parental réformé

Le gouvernement veut allonger la part du congé parental que doit prendre un père, pris actuellement à 97 % par des femmes. Le congé devait ainsi être porté de six mois à un an maximum pour un premier enfant, si les deux parents le prenaient, et il pourrait rester de trois ans maximum à partir de deux enfants... à condition que le second parent prenne six mois.

> Les retraités touchés

Par ailleurs, la CSG, la contribution sociale généralisée, de 460.000 retraités passera du taux réduit de 3,8 % au taux normal de 6,6 %. Une mesure présentée comme "plus équitable", fondée sur un nouveau seuil de revenus.

Suite à ces mesures, le déficit prévisionnel de la Sécurité sociale doit s'améliorer de 2 milliards d'euros, passant de 15,4 milliards en 2014 à 13,4 milliards en 2015. Mais le retour à l'équilibre n'est pas prévu avant 2019.

Enfin, comme le souligne lemonde.fr , ces mesures seront examinées à partir du mois d'octobre par le Parlement et pourraient donc être modifiées avant leur entrée en vigueur.


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info