Le Festival Lumière ne connaît pas la crise

Le service METRONEWS
Publié le 12 octobre 2014 à 18h09
Le Festival Lumière ne connaît pas la crise

ECONOMIE – La sixième édition du festival dédié au septième art débute ce lundi à Lyon. Cette année, le réalisateur espagnol Pedro Almodóvar est à l'honneur. Désormais ancré dans le paysage, l'événement fait bien sûr le bonheur des cinéphiles… mais pas que.

Des stars internationales, du cinéma populaire, le tout à des tarifs accessibles au plus grand nombre. Avec son festival Lumière , l'institut du même nom a trouvé la formule magique pour attirer les foules et redonner le sourire aux commerçants lyonnais. Et avec Pedro Almodóvar à l'honneur cette année, la sixième édition qui débute lundi et pour une semaine va faire grimper la température… et les ventes.

Pour offrir au public la crème du cinéma international, le festival Lumière ne lésine pas sur les moyens. Il dispose par exemple d'un budget de trois millions d'euros, dont près de la moitié est issue de financements publics. "Environ un million d'euros vient du Grand Lyon et 250.000 euros de la région Rhône-Alpes", explique Thierry Frémaux, directeur de l'Institut Lumière et organisateur du festival.

Partenaires publics et privés

Et pas question pour autant de faire payer le reste de l'addition aux cinéphiles. "C'est un festival que l'on veut populaire, c'est notre marque", assure Thierry Frémaux. Car l'Institut Lumière peut aussi compter sur des partenaires privés de choc, à savoir soixante petites et grandes entreprises mécènes telles que BNP Paribas, EDF ou GL Events.

Durant cette semaine de festivités, les restaurants (6 000 repas) et hôtels (1 400 nuitées) de la capitale des Gaules tâchent quant à eux d'être à la hauteur des attentes du public et des professionnels.

Une centaine d'emplois créés

"L'hôtellerie locale est satisfaite des retombées économiques, et les salles de cinéma de l'agglomération sont pleines", avance Thierry Frémaux. Véritable "blockbuster", le Festival Lumière crée une centaine d'emplois et fait appel à 290 entreprises fournisseurs de la région. "Octobre étant traditionnellement un mois déjà fort dans l'hôtellerie, il est très difficile d'évaluer l'impact de l'événement sur le secteur, nuance quelque peu Laurent Duc, président de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (UMIH) du Rhône. Et ce sont surtout les établissements de luxe qui bénéficient de la venue des stars. Cela dit, nous sommes ravis d'avoir ce festival ici à Lyon."

Enfin, au restaurant Le Passage, dans le Ier arrondissement, un menu spécial "Festival Lumière" est même proposé. "Durant cette semaine, nous ne travaillons que pour le festival, mais notre chiffre d'affaires augmente pendant cette période", confie Guillaume Duvert, propriétaire de cette institution lyonnaise. Pour le restaurateur "voir Harvey Keitel raconter des blagues à table à Quentin Tarantino, Uma Thurman et Tim Roth" comme ce fut le cas l'année dernière, ça n'a certainement pas de prix !


Le service METRONEWS

Sur le
même thème

Tags

Tout
TF1 Info