Le marché des précaires d'Arnaud Bernard supprimé

Le service METRONEWS
Publié le 7 octobre 2014 à 19h06
Le marché des précaires d'Arnaud Bernard supprimé

COMMERCE – Le marché de L'Inquet qui déballait tous les dimanches matin à Arnaud Bernard disparait au profit d'un nouveau dispositif installé à Compans Caffarelli. Pour la nouvelle municipalité, L'Inquet drainait trop de "trafic" en tout genre.

Le marché des précaires va être remplacé par un espace dédié aux chineurs à Compans Caffarelli à partir du 18 octobre. Point de discorde entre les candidats Moudenc et Cohen durant la campagne des municipales, le marché de l'Inquet mis en place par la gauche et qui se déroulait place Arnaud Bernard tous les dimanches matins a été supprimé.

"Trop de trafic illégal" selon la nouvelle majorité qui a décidé de déplacer les stands à une centaine de mètres devant la chambre des métiers et le jardin japonais le samedi. "Ce nouvel espace de vente, légal cette fois ci, permettra à des personnes en situation de précarité économique et sociale de vendre des objets mobiliers, recyclés ou usagés", ajoute Jean-Jacques Bolzan l'adjoint au commerce qui a décidé de maintenir le volet social.

Maintien du dispositif d'accompagnement

Une décision qui a été accueillie avec un "Ouf" de soulagement du côté de l'association Crépi 31 porteur du projet. "Ce qui est important pour nous est que 120 familles puissent vendre et suivre un dispositif d'accompagnement professionnel", se félicite Jean Arrouceau, responsable du réseau d'entreprises en Haute-Garonne.

Le trafic va continuer Arnaud Bernard

Les habitués estiment que l'emplacement du nouveau lieu risque de drainer moins de public, 5000 personnes en moyenne fréquentaient la place Arnaud Bernard le dimanche matin, et surtout ne va pas régler le problème de trafic: "Avant l'Inquet les cigarettes ou la drogue se vendaient sous le manteau, ça continuera après son départ", commente un responsable associatif du secteur.

Du côté de la gauche toulousaine, on se félicite que le concept soit reconduit après que la droite ait " qualifié l'espace de "marché de voleurs" et de "voyous", note Isabelle Hardy l'ancienne élue au commerce.


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info