Le Mémorial de la Marseillaise cherche toujours son public

Le service METRONEWS
Publié le 4 février 2015 à 14h34
Le Mémorial de la Marseillaise cherche toujours son public

CULTURE - Inauguré en grande pompe en mars 2011 par le ministre de l’Education nationale, Luc Chatel, le Mémorial de la Marseillaise dans le centre-ville de Marseille est actuellement fermé pour des raisons techniques. Une situation qui tombe mal à l’heure où le ministère prône les valeurs de la République après les attentats de Paris.

La mémoire de la République attendra. Inauguré en grande pompe en mars 2011 par le ministre de l’Education nationale, Luc Chatel, le Mémorial de la Marseillaise dans le centre-ville de Marseille n’a toujours pas trouvé son rythme de croisière en termes d’affluence. Pire, il est même fermé au public et aux groupes scolaires "pour des raisons techniques", précise, derrière les imposantes grilles de la rue Thubaneau, une affiche à l’entrée de ce lieu chargé d’histoire.

Car c’est ici en 1792 que les révolutionnaires marseillais avaient entonné pour la première fois l’hymne de la France. "C’est contre-productif ce qu’il se passe en ce moment, peste Jean-Pierre Zanlucca, délégué FSU aux musées de Marseille. Après les attentats de Paris, les Marseillais ont besoin de ce genre de lieu qui prône les valeurs de la République ".

Des problèmes d’effectifs selon les syndicats

Un problème de plus pour ce musée méconnu des Marseillais. Géré en délégation de service public, le musée a été "maltraité par le précédent prestataire", regrette André Stern, scénographe-architecte du site. Public absent, perte financière, la mairie de Marseille a décidé de le récupérer en mars 2014. "Mais quand ce n’est pas la mauvaise gestion qui pose questions, ce sont les problèmes d’effectifs qui le mettent en péril...", estime-t-il.

"Avant le souci technique (une panne informatique, ndlr), il fallait que le public prenne rendez-vous au musée d’histoire pour aller en groupe au Mémorial", s’étrangle Jean-Pierre Zanlucca, inquiet du manque d’agents dans les musées marseillais. "Un tiers des 280 salariés est en arrêt maladie car on reclasse dans ce service du personnel déjà malade", pointe le syndicaliste.

"L’organigramme va être revu prochainement", promet Anne-Marie d’Estienne d’Orves, l’adjointe au maire déléguée à la culture. Si aucune date n’est encore fixée pour le public, l’élue promet que les groupes scolaires pourront de nouveau visiter ce lieu chargé d’histoire en mars prochain.


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info