Le tagueur Monsieur chat risque la prison... pour un dessin

Virginie Fauroux
Publié le 24 septembre 2016 à 11h34
Le tagueur Monsieur chat risque la prison... pour un dessin

Source : FRED DUFOUR / AFP

JUSTICE - Trois mois de prison ferme ont été requis contre Monsieur chat, ce tagueur réputé pour ses dessins de matous souriants, a-t-on appris auprès de son avocate. En cause, des croquis faits en septembre 2015 sur les murs de la gare du Nord.

"De la prison pour un dessin éphémère, voilà ce que risque Monsieur chat", tempête Me Agnès Tricoire, interrogée par l'AFP, l'avocate de Monsieur chat. De son vrai nom Thoma Vuille, ce street artist, avait croqué en septembre 2015 deux chats, deux oiseaux et huit roses sur deux panneaux blancs masquant une surface en travaux de la gare du Nord. "Ce mur me paraissait mal entretenu, je me suis dit qu’il était destiné à être refait",  a raconté Monsieur chat au magazine Les Inrocks. "J’ai été convoqué par la police. Ils m’avaient dit que j’allais m’en tirer avec un simple rappel à la loi, j’ai signé une feuille sans trop faire gaffe à ce que c’était. Il s’agissait en fait d’une convocation au tribunal correctionnel pour récidive pénale".

La SNCF n'était pas représentée et n'a demandé aucun dommages et intérêts

Me Tricoire

D'après Me Tricoire, le parquet a requis le 15 septembre trois mois de prison ferme à son encontre car il avait reçu "deux petites amendes auparavant" pour des faits similaires. "De la prison ferme alors que la SNCF n'était même pas représentée" et 

qu'elle n'a formulé "aucune demande de dommages et intérêts!", a tempêté Me Tricoire, moquant des réquisitions "absurdes" pour "un prétendu crime, sans victime".  

"L'œuvre n'est pas une dégradation mais une amélioration. En l'occurrence éphémère", a observé l'avocate, ajoutant que les dessins étaient désormais "complètement recouverts par une paroi métallique opaque".

Le tribunal rendra sa décision le 13 octobre

Âgé de 39 ans, Thoma Vuille s'est fait connaître grâce à son chat jaune orange, aux yeux en amande et à la moue hilare, très visible à Paris. 

Anonyme durant de nombreuses années, son identité a été révélée en 2007 à Orléans, quand la police municipale l'a pris en flagrant délit. Cet artiste franco-suisse a depuis lors peint l'animal dans de nombreuses villes de France et d'ailleurs, d'Hong Kong à New-York en passant par Dakar ou Sarajevo.

Le tribunal correctionnel de Paris rendra sa décision le 13 octobre.


Virginie Fauroux

Tout
TF1 Info