Les chères casseroles du FC Nantes

Le service METRONEWS
Publié le 15 juin 2014 à 13h16
Les chères casseroles du FC Nantes

JUSTICE - Interdit de recrutement suite à l'affaire Bangoura, le FC Nantes n'en a pas fini avec la justice... Rapide tour d'horizon des dossiers qui empoisonnent la vie du club.

A défaut de pouvoir animer la chronique des transferts, le FC Nantes alimente la chronique judiciaire... Metronews fait le tour des dossiers qui risquent de plomber les finances du club.

Michael Gravgaard

Vendredi dernier, le rapporteur public a préconisé au tribunal administratif de débouter le club, dans le litige qui l’oppose à son ancien défenseur Michael Gravgaard (2008-2010). Après avoir vainement mis en cause en avril l’impartialité d’un expert , le FCN contestait cette fois-ci sur le fond la procédure de l’administration du Travail, qui avait déclaré l’ancien international danois "apte" à la pratique du football professionnel – malgré ses blessures à répétition. Problème : le club l’avait licencié pour "inaptitude" six mois avant la fin de son contrat… et celui-ci entend à présent réclamer 1,5 million d’euros aux prud’hommes. Décision du tribunal administratif d’ici quelques semaines.

Abdoulaye Toure

Le même tribunal administratif de Nantes doit rendre une autre décision, ce mardi, concernant les trois points perdus par le FCN contre Bastia. Le club avait en effet aligné Abdoulaye Touré lors du premier match de la saison écoulée, alors que le jeune milieu de terrain était suspendu. Mais là encore, le rapporteur public – dont l’avis est souvent suivi par les juges administratifs – a suggéré de débouter le FC Nantes... L’enjeu ? Les droits télé du FCN, qui pourraient varier "de 1 à 3 millions d’euros" selon sa place occupée au classement final de la Ligue 1, d’après un avocat du club.

Ismaël Bangoura

Le FC Nantes et Ismaël Bougoura avaient été condamnés à payer 4,5 millions d’euros à Al-Nasr Sports Club (Emirats arabes unis), l’ancien club de l’attaquant guinéen, pour l’avoir recruté en 2012 alors qu’il était encore sous contrat – bien que non payé. Si la sanction avait été entérinée , le FCN avait néanmoins demandé en urgence au tribunal de commerce de Nantes, le mois dernier, de pouvoir étaler sa dette jusqu’en décembre 2016… Las : le juge des référés lui a donné tort.


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info