Les éboueurs de Marseille se sentent en danger

Publié le 17 février 2015 à 17h49
Les éboueurs de Marseille se sentent en danger

SECURITE – Au lendemain de l’agression de trois agents de la propreté à Plan-de-Cuques, dans les Alpes-Maritimes, le syndicat Force Ouvrière dénonce la campagne de dénigrement dont fait l’objet les éboueurs.

L’arme était factice mais la menace bien réelle. Samedi dernier, vers 8 heures, 3 agents de la propreté à Plan-de-Cuques en périphérie de Marseille ont été menacés par un homme armé d’un pistolet à grenaille.

Rapidement interpellé, l’individu, ivre, a été placé en garde à vue. Personne n'a été blessé, mais l’incident a "choqué l’ensemble du personnel", confie Patrice Ayache, secrétaire général adjoint du syndicat majoritaire dans la profession, Force Ouvrière.

Et pour cause, moins d’un mois après la grève remarquée des éboueurs dans le centre-ville de Marseille , "les remarques ou petites agressions se multiplient", s’inquiète le syndicaliste. "Je ne dis pas que l’incident de Plan-de-Cuques est lié à la grève, mais c’est la goutte d’eau", dénonce-t-il en faisant référence "à la campagne de dénigrement du travail des éboueurs".

Campagne de dénigrement sur les réseaux sociaux

Appel sur Facebook à vider les ordures devant le siège du syndicat dans le centre-ville de Marseille, tacles en tout genre sur Twitter, Patrice Ayache cible les "quelques groupuscules, plus ou moins manipulés, sur les réseaux sociaux". Qui précisément ? "Je ne saurai vous dire", répond le syndicaliste ne comprenant pas ces dérapages.

"La grève des agents observée le mois dernier est un droit légitime qui doit être respecté", martèle-t-il. "Je crains que cette campagne de dénigrement puisse avoir des conséquences plus ennuyeuses sur les esprits les plus vulnérables", redoute Patrice Ayache.

A LIRE AUSSI >> Après la grève des éboueurs, le ramassage sera long
 


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info