Les inégalités augmentent, mais les Français gardent le moral

Loïc Le Clerc
Publié le 20 octobre 2016 à 10h52, mis à jour le 20 octobre 2016 à 11h07
Les inégalités augmentent, mais les Français gardent le moral

Source : JEAN PIERRE MULLER / AFP

L'essentiel

DATA - Le gouvernement publie ce jeudi un rapport sur les "nouveaux indicateurs de richesse". Chômage, endettement, espérance de vie, pauvreté, etc. Des chiffres qui ne sont pas très bons. Mais les Français gardent le moral !

Ce jeudi 20 octobre, le gouvernement publie un rapport intitulé "Les nouveaux indicateurs de richesse", que le quotidien La Croix a pu se procurer en avance. 

Au travers de dix indicateurs, ce rapport, conséquence de la loi du 13 avril 2015, vise à mesurer la richesse du pays au-delà du simple facteur PIB. Au programme : emploi, recherche, endettement, espérance de vie en bonne santé, inégalités, pauvreté ou encore "satisfaction dans la vie". Et le constat est le suivant : pas de variation brutale entre 2014 et 2015, mais quelques tendances inquiétantes.

Inégalités de revenus : un écart qui se creuse

C'est le gros point noir de ce rapport : les inégalités de revenus se sont aggravées. Ainsi, en 2014, les 20% des individus les plus pauvres détenaient 8,7% de la masse totale des revenus. A l'opposé, les 20% des individus les plus aisés en détenaient 38,3%, soit 4,4 fois plus. Entre 2014 et 2015, le rapport entre les revenus des 20% les plus riches et ceux des 20% les plus pauvres a augmenté, passant de 4,3 à 4,4.

Chômage : la France à la traîne

Le premier chiffre avancé par le rapport concerne le "taux d'emploi", donnée qui concerne la part de la population en âge de travailler (de 15 à 64 ans). En France, ce chiffre est de 64,3%, contre 65,6% pour la moyenne européenne. En plus de ce retard, le taux d'emploi français ne bouge pas d'un cil entre 2014 et 2015, alors que la moyenne européenne est en nette progression depuis 2013.

Espérance de vie : celle des hommes diminue

Là encore, il n'y a pas de quoi se réjouir. L'espérance de vie des hommes a reculé de 0,3 an (62,6 ans) entre 2013 et 2015. Côté femmes, l'espérance de vie augmente sur la même période de 0,2 annnée à 64,4 ans.

Ce recul de l'espérance de vie chez les hommes s'explique par l'épisode grippal exceptionnel de l'hiver dernier, à quoi l'on peut ajouter l'augmentation de l'empreinte carbone : 11,9 tonnes par Français en 2015.

A tout cela, on peut ajouter la hausse du taux de décrochage scolaire, de l'endettement public, celui des entreprises et des ménages. Et malgré tout ça, il demeure quelques pistes de réjouissance, comme l'indicateur de "satisfaction dans la vie", qui s'établit à 7,2 sur une échelle de 0 à 10, en hausse de 0,1. Le moral des Français s'améliore, notamment chez les plus jeunes. "C’est encourageant car les Français sont connus pour leur pessimisme", précise le cabinet du ministre de l'Economie et des finances.