Les métiers qui voient jeune

Le service METRONEWS
Publié le 25 janvier 2015 à 20h28
Les métiers qui voient jeune

CONTEXTE - Après la crise, la reprise des embauches. Encore légère, celle-ci devrait s’accentuer au fil des mois. Certains secteurs, comme l’informatique, laissent plus de places que d’autres pour les jeunes.

Il ne fait pas si mauvais être jeune diplômé en 2015: certains domaines, peu touchés par la crise, se révèlent particulièrement dynamiques en matière d’embauche.

Informatique

Depuis plusieurs années déjà, les télécoms, le numérique ou le Web trustent le haut du classement en matière de recrutement. Dans ce secteur, les futurs diplômés, notamment les ingénieurs, reçoivent encore des promesses d’embauche avant la fin de leurs études. Une exception aujourd’hui! Mais les employeurs recherchent aussi des développeurs issus de cursus courts ou même des autodidactes. Parmi les entreprises les plus demandeuses, les sociétés de services en ingénierie informatique (SSII) figurent en bonne place: Cap­gemini Sogeti prévoit, par exemple, de faire appel à 1.820 jeunes diplômés en 2015, Sopra, à 1.600, Atos, à 910, et CGI, à 720.

Audit-conseil

"Si le secteur recrute moins qu’il y a quelques années, il reste sur une dynamique stable et embauche toujours des jeunes diplômés issus d’écoles de commerce mais aussi de cursus universitaires en gestion ou des Instituts d’études politiques", commente Fabrice Mazoir, chef de projet éditorial du site de gestion de carrière RegionsJob.com . Parmi les cabinets internationaux les plus cotés, Ernst & Young et Deloitte comptent recruter 700 jeunes diplômés chacun cette année, selon le palmarès des entreprises qui recrutent Le Figaro-Cadremploi.

Commerce

"Traditionnellement, la distribution recrute beaucoup de jeunes diplômés à des postes de vendeur, de cadre ou de responsable de magasin", explique Fabrice Mazoir. Tous les profils sont recherchés, des bac + 2 (notamment les très cotés BTS management des unités commerciales ou négociation et relation client) aux bac + 4/5, sortant d’écoles de commerce ou d’ingénieurs ou de cursus universitaires en droit, en gestion ou en économie. Les profils plus techniques ont également une belle carte à jouer pour des postes de technico-commercial. D’ici à 2022, le secteur devrait engager près de 205.000 salariés, selon l’organisme gouvernemental France Stratégie .

Banque-assurances

Après quelques années difficiles, le secteur devrait à nouveau recruter en 2015. Plutôt des profils commerciaux, de bac + 2 à bac + 5, pour des postes à Paris, mais aussi dans des agences locales. Ainsi, d’après le palmarès Le Figaro-Cadremploi, AXA Banque prévoit d’embaucher 2.200 jeunes diplômés en 2015, le Crédit agricole, 2 000, la Société générale, 1.300, BNP Paribas, 910, et le Groupe BPCE, 700. A noter que ce secteur forme beaucoup d’apprentis, une bonne nouvelle pour ceux qui souhaitent alterner études et travail en entreprise.

Santé et aide à la personne

Le vieillissement de la population fait de ce secteur un des plus dynamiques dans les années à venir. Déjà, des pénuries se font sentir du côté des services à la personne, des postes administratifs ou d’encadrement hospitaliers ou de spécialités telles que les kinésithérapeutes, les diététiciens ou les ergothérapeutes. Aides à domicile, aides-soignants et infirmiers figurent parmi les métiers qui vont le plus recruter d’ici à 2022, avec environ 350.000 créations nettes d’emploi.


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info