Les rideaux de la colère vont tomber sur le faubourg Bonnefoy

Le service METRONEWS
Publié le 19 novembre 2014 à 17h27
Les rideaux de la colère vont tomber sur le faubourg Bonnefoy

COMMERCE – Se sentant abandonnés et leurs revendications pas assez prises en compte, les commerçants du faubourg Bonnefoy ont décidé de fermer leurs devantures jeudi. Et attendent des décisions fortes de la mairie de Toulouse.

Les commerçants du faubourg Bonnefoy vont mener une action "quartier mort" et baisser les rideaux de leurs boutiques. Aujourd'hui entre 10 et 11heures, Eric, agent immobilier avenue de Lyon, va,  comme l'ensemble des professionnels du quartier, fermer son agence pour manifester sa colère.

"Il y a un vrai problème d'insécurité. Régulièrement des vols sont commis dans les magasins, il y a des gens qui tapent sur les vitrines, des riverains agressés, indique celui qui est également trésorier de l'association des commerçants. Notre action vise surtout à alerter les pouvoirs publics!"

SDF, jeunes dealers et patrouilles de police

La grande artère qui relie le nord-ouest de l'agglomération et dessert le quartier de la gare Matabiau est bordée d'échoppes et de quelques immeubles. Entre le groupe de SDF accompagnés de leurs chiens et des jeunes qui squattent les trottoirs tout en dealant près du centre commercial. Riverains et commerçants expriment aujourd'hui leur ras-le-bol. Tous réclament davantage de patrouilles de police et un nettoyage plus régulier des rues.

"Certains soirs, j'ai peur quand je dois fermer mon magasin", explique un artisan souhaitant conserver l'anonymat, par peur des représailles. Ce dernier regrette de ne pas être assez entendu des pouvoirs publics et notamment de la mairie de Toulouse.

"Une telle situation ne serait pas tolérée dans le centre-ville: ici on est les laissés pour compte!". Un sentiment d'abandon confirmé par sa voisine de boutique. "La situation a commencé à se dégrader il y a cinq ans et cela ne fait que s'accentuer depuis. La manifestation se veut pacifique, on attend des actions concrètes de la municipalité ", lance celle qui est installée derrière son comptoir depuis quinze ans.

"On est laissés pour compte"

Alors que quelques voix n'hésitent pas à affirmer que le faubourg Bonnefoy est un quartier qui est en train de mal tourner, on sent la commerçante prête à baisser les bras.

"Avec les crottes de chiens disséminés sur les trottoirs, je ne suis pas certaine cette année de sortir le tapis rouge et les sapins de Noël devant ma porte!"


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info