Loyer du Vélodrome : la ville de Marseille fait le pressing sur l’OM

Le service METRONEWS
Publié le 26 juin 2014 à 16h31
Loyer du Vélodrome : la ville de Marseille fait le pressing sur l’OM

FINANCES – Contrainte de rembourser la société Arema, en charge des travaux du nouveau stade Vélodrome, la ville de Marseille, en l’absence d’accords avec l’OM, va fixer le loyer de l’enceinte sportive à 7,23 millions d’euros.

La ville de Marseille n’attend pas la reprise du Championnat pour faire pression sur l’OM. Contrainte de payer une redevance annuelle* à la société Arema, en charge des travaux du nouveau stade Vélodrome, la municipalité, en l’absence d’accords avec le club locataire du stade, a décidé de fixer le loyer de l’enceinte sportive à 7 238 088 euros pour la saison, soit 380 952 euros par match.

Une somme qui sera validée lors d'un vote lundi prochain en conseil municipal et qui correspond "au prix payé par le Racing Club de Toulon à Arema pour une rencontre au Vélodrome", estime le directeur général des services de la ville de Marseille Jean-Claude Gondard. Mais aussi, selon lui, "à la fourchette de prix telle que la cour régionale des comptes", l’avait indiquée dans un rapport.

Un prix jugé excessif par l’OM

Principal concerné dans cette affaire, les dirigeants du club font l’autruche. "Pour l’instant, ils n’ont pas réagi", s’étonne Jean-Claude Gondard, conscient de l’opposition du club olympien sur le montant du loyer.

"Je sais qu’ils sont sur une proposition très éloignée de ce que nous leur faisons", indique-t-il. Interrogé sur cette question le mois dernier, le président du club, Vincent Labrune, sous-entendait que les 8 millions d’euros allaient "détruire le club".

Mais à Marseille, l’OM reste l’OM. Pas question pour la majorité municipale d’engager un bras de fer nuisible aux deux parties. "Nous avons le souci d’entretenir de bonnes relations et on va bien y arriver", assure le chef de l’UMP à la municipalité, Yves Moraine. Avant de se faire toutefois plus menaçant : "il ne faut quand même pas se moquer de nous".

*23 millions d'euros par an


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info