Lyon : la vie nocturne fait le plein d'idées

Le service METRONEWS
Publié le 13 octobre 2014 à 13h43
Lyon : la vie nocturne fait le plein d'idées
L'essentiel

DIVERTISSEMENTS - Les relations entre la municipalité et les acteurs du monde de la nuit ont longtemps été tendues. La situation semble aujourd'hui apaisée et tous travaillent ensemble pour développer la vie nocturne de la ville. Les pistes ne manquent pas.

Si Rome ne s'est pas faite en un jour, la vie nocturne lyonnaise non plus. En effet, un climat de défiance a très longtemps régné entre les professionnels du secteur et la Ville, rendant tout dialogue constructif quasiment impossible. "Les problématiques liées à la nuit à Lyon n'étaient traitées que comme un problème. Il n'était question que de sévérité et de sanctions", se souvient Pierre Chambon, président des établissements de nuit à l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (Umih) du Rhône.

Les relations entre les différents acteurs se sont récemment apaisées, et une charte de la vie nocturne a même vu le jour. Et ce lundi, un premier comité de pilotage s'est tenu entre les services municipaux, l'office du tourisme et les professionnels de la nuit. Bonne nouvelle, les pistes pour développer la vie nocturne à Lyon ne manquent pas. A commencer, bien sûr, par le prolongement du métro jusqu'à deux heures du matin."Il y a des discussions avec le Sytral pour rendre cela possible. Cela ne servirait à rien tous les soirs, mais cela parait jouable le vendredi par exemple", explique Jean-Yves Sécheresse, adjoint au maire de Lyon en charge de la sécurité.

Chèques taxis, appli mobile…

Autre idée soulevée : les chèques taxis. "Ce serait comme des tickets restaurants mais que l'on utiliserait pour rentrer en taxi, précise Didier Delorme, du cabinet du maire. Ce système est déjà expérimenté dans d'autres villes." Le développement d'une application mobile dédiée à la vie nocturne, l'ouverture de boulangeries tard la nuit ou encore la prévention des risques liés à l'alcoolisme et au Sida via les réseaux sociaux et les BDE sont également à l'étude du côté de l'Hôtel de Ville.

"La nuit est un atout touristique indéniable, reprend Pierre Chambon. Nous souhaiterions donc organiser des événements pour faire découvrir Lyon by night aux visiteurs français ou étrangers. Nous voulons aussi être plus impliqués lors des manifestations culturelles comme la Fête des Lumières et enfin mieux se faire connaître des Lyonnais eux-mêmes en communiquant davantage. Car ils ont de quoi être fiers de l'offre qui leur est proposée la nuit, mais ils ne le savent pas toujours."