Lyon : un "vis ma vie de policier" pour des élèves avocats

Le service METRONEWS
Publié le 2 février 2015 à 17h18
Lyon : un "vis ma vie de policier" pour des élèves avocats

FORMATION – A compter de ce lundi et jusqu'au 14 mars, 17 élèves de l'Ecole des avocats de Rhône-Alpes (Edara) vont intégrer les services de police lyonnais durant une semaine pour mieux connaître le quotidien des fonctionnaires. Une première à Lyon.

Equipée d'un gilet pare-balles, Laure suit les policiers à la trace. Elève à l'Ecole des avocats de Rhône-Alpes (Edara) , la jeune femme de 26 ans a débuté ce lundi un stage en immersion au sein de la police nationale lyonnaise. Pendant une semaine, elle et seize de ses camarades vont suivre les forces de l'ordre sur le terrain et ainsi assister à des interpellations et aux gardes à vue, ou patrouiller avec police secours ou la brigade anti-criminalité. Une première à Lyon.

"Au cours de nos différents stages, nous rencontrons des magistrats mais jamais de policiers. Pour quelqu'un qui souhaite faire du pénal comme moi, c'est intéressant de se retrouver de l'autre côté, de voir la façon de travailler de la police, comment elle enquête ou monte des dossiers", confie Laure, qui a côtoyé une équipe de sécurisation des transports en commun ce lundi après-midi.

Préparer à la violence

"Il est important que policiers et avocats ne se voient plus comme ennemis ou adversaires, mais comme des auxiliaires de justice avec un rôle simplement différent, explique Albert Doutre, le directeur départemental de la sécurité publique (DDSP) du Rhône . Ces élèves avocats découvriront le quotidien du métier, et la violence en fait parfois partie", ajoute-t-il, précisant que six cents fonctionnaires de police sont blessés dans le Rhône chaque année dans l'exercice de leurs fonctions, et que dix l'ont été rien que le week-end dernier.

"Etre témoin de situations de détresse humaine ou de violence, c'est de toute façon ce qui attend un avocat pénaliste tout au long de sa carrière", complète Pierre-Yves Joly, le bâtonnier du Barreau de Lyon . "Je n'ai pas vraiment d'appréhension par rapport à cela, assure Laure. Je suis surtout curieuse de voir comment ma semaine va se passer."
 


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info