Mauvaise passe pour les bars musicaux du centre-ville

Le service METRONEWS
Publié le 5 octobre 2014 à 12h55
Mauvaise passe pour les bars musicaux du centre-ville

CULTURE – Deux lieux emblématiques de la nuit toulousaine ont annoncé leurs difficultés ces derniers mois. Alors que le club de jazz Le Mandala a définitivement fermé, la salle de concert La Dynamo n'a toujours pas trouvé de nouveau local en centre-ville.

L'inquiétude monte chez l'équipe de la Dynamo, engagée depuis plusieurs mois dans une course contre la montre . Le 31 mars, elle tirera le rideau, rue Amélie. Le 1er avril, les chambres d'hôtel construites au-dessus de la salle de concert accueilleront en effet leurs premiers clients. "Les concerts devront cesser pour qu’on évite d'aller jusqu'à la fermeture administrative en raison des nuisances sonores", explique Nicolas Lafforgue du comité de soutien Ma Dynamo dans ma ville.

Les Toulousains à la rescousse

Depuis plusieurs mois, les gérants de La Dynamo recherchent ainsi un nouveau point de chute. Mais, malgré deux réunions avec la mairie et une dizaine de visites de locaux, ils n'ont trouvé aucune solution. Ils se seraient bien vus emménager dans l'ancien cinéma des Nouveautés, boulevard Carnot. D'autant que Jean-Luc Moudenc voulait le dédier, lors de la campagne de 2008, aux musiques actuelles. Mais, depuis, l'édile y envisage plutôt une "opération d’urbanisme classique ou un hôtel". "De toute façon, nous n'avions pas les finances pour réhabiliter un tel lieu", glisse Nicolas Lafforgue.

Pour La Dynamo, la priorité est surtout donnée à une solution dans le parc privé et en centre-ville. Seulement, il faut pouvoir installer un débit de boissons, envisager des travaux d'insonorisation et que ce ne soit pas à proximité d'une école. "Nous espérons que la mairie, avec qui nous dialoguons régulièrement, jouera son rôle de facilitateur et nous faisons appel aux Toulousains pour qu'ils nous aident à repérer des locaux libres", poursuit Nicolas Lafforgue, qui s'inquiète désormais pour l'avenir des salariés.

Le fonds de commerce du Mandala est à vendre

La situation n'est guère meilleure du côté du Mandala. Le club de jazz, qui avait annoncé début juillet la suspension de sa programmation jusqu'à nouvel ordre, a bel et bien fermé. Le fonds de commerce est à vendre et, depuis mi-septembre, la Sarl a été dissoute et les salariés ont démissionné. Mais l'association Mandala Bouge, qui gérait le lieu, n'a pas pour autant disparu.

Le club de jazz pourra-t-il donc renaître ailleurs ? "Le nouveau conseil d'administration y réfléchit", indique-t-on à l'association. Une des pistes serait de moins l'axer sur les concerts et de laisser plus de place à la résidence d'artistes. Si la fermeture du Mandala résulte d'un différend interne, pour Anaïs Andret-Cartini, l'ancienne programmatrice, elle reste symptomatique "des petits lieux culturels qui se meurent en centre-ville à cause de problèmes financiers ou de voisinage. Les artistes ont pourtant besoin de ces laboratoires pour émerger".


Le service METRONEWS

Sur le
même thème

Tags
Articles

Tout
TF1 Info