Musée des Confluences : "J’espère que le public sera ébloui"

Le service METRONEWS
Publié le 18 décembre 2014 à 19h56
Musée des Confluences : "J’espère que le public sera ébloui"

INTERVIEW - Très attendu, le musée des Confluences, à Lyon, sera inauguré ce vendredi soir, avant d’ouvrir ses portes au public samedi. La directrice de l’établissement, Hélène Lafont-Couturier, présente ce site qui a vocation à devenir un incontournable de la vie culturelle lyonnaise.

Pouvez-vous nous décrire le lieu ?
Ce musée peut interpeller de l’extérieur, mais il est très fonctionnel pour une activité de musée. Il s’étend sur quatre niveaux : un étage est consacré aux parcours permanents, un autre aux salles temporaires, un troisième est dédié à l’administration et aux espaces privatisables et le dernier étage dispose d’une terrasse en accès libre qui offre un point de vue totalement inédit sur la ville de Lyon.

Que propose le musée ?
Confluences ambitionne de raconter l’aventure humaine des origines jusqu’à nos jours . Il propose d’interroger la formation des sociétés, de questionner notre rapport à la mort. C’est le grand récit de l’humanité.

A qui s’adresse-t-il ?
Il s’adresse à tous les publics. Que ce soient les enfants, les adultes, les familles, les scientifiques… Je pense qu’il répond à toutes les demandes. C’est un musée populaire.

Le but est-il de faire rayonner le musée dans le monde entier ?
Je voudrais déjà que les Lyonnais l’adoptent. Mais ce musée va bien évidemment travailler sur le plan national et international. Nous avons déjà établi des collaborations avec le musée de l’université de Tokyo, et nous avons un partenariat avec le Muséum d’histoire naturelle de New York. Nous travaillons aussi avec le Canada et notamment avec le musée de la Civilisation de Québec.

Combien de personnes attendez-vous chaque année ?
L’année de l’inauguration est un peu particulière. En vitesse de croisière, l’objectif est d’attirer 500 000 visiteurs par an. Ce qui est une très belle fréquentation.

Le coût du musée a beaucoup fait jaser . Quel est votre sentiment ?
Certes, il a eu un coût important. [255 millions d’euros, selon le musée, au lieu des 61 millions d’euros prévus au départ, ndlr]. Mais le résultat est formidable. J’espère que le public sera séduit et ébloui lorsqu’il franchira les portes. Car Confluences, c’est beaucoup plus qu’un simple musée. C’est un lieu à vivre.

Musée des Confluences. 86, quai Perrache à Lyon. Ouvert tous les jours sauf le lundi. Tarifs : 6-9 euros. Gratuit pour les moins de 18 ans, les étudiants, les demandeurs d'emploi… Infos : www.museedesconfluences.fr .


 


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info