Nantes : il reconnait avoir "violé" son ex-épouse du temps de leur mariage

Le service METRONEWS
Publié le 27 janvier 2015 à 11h36
Nantes : il reconnait avoir "violé" son ex-épouse du temps de leur mariage

JUSTICE - Cinq ans après leur divorce, une femme a porté plainte contre son mari pour les relations sexuelles qu'il lui a imposées du temps de leur mariage... Il est du coup jugé depuis lundi pour "viols" par la cour d'assises de Loire-Atlantique.

Non, le mariage n'autorise pas tout. Un ouvrier de Châteaubriant (Loire-Atlantique) l'a appris à ses dépens. Il est jugé depuis lundi aux assises à Nantes pour les "viols" sur son ex-épouse, du temps de leur union. En 2011, cinq ans après leur divorce, celle-ci a en effet porté plainte pour les relations sexuelles qu'il lui avait imposées.

Il lui maintenait les poignets alors qu'elle pleurait

Lors de l'instruction, cet homme de 45 ans a ainsi admis avoir "forcé" sa femme "à quelques reprises", à leur domicile de La Chapelle-Glain , en lui maintenant les poignets alors qu'elle pleurait. Il l'avait aussi contrainte à lui faire une fellation dans leur voiture, alors qu'ils se trouvaient dans la forêt de Chantemerle (Deux-Sèvres).

L'accusé - qui comparaît libre, sous contrôle judiciaire - a d'ailleurs fait part à son ex-épouse de sa honte de l'avoir "violée" et "forcée à mettre son pénis dans sa bouche", dans des lettres rédigées sur les conseils d'un psychologue. Sa victime a ainsi recensé "sept ou huit" épisodes de ce type. Le plus souvent sous l'emprise de l'alcool.

"Incapable d'être tendre avec moi"

Devant les gendarmes, il avait toutefois reconnu avoir eu jusqu'en 2001 "un amour tendre et sincère" pour sa victime, qu'il avait épousée en 1998 et avec qui il avait acheté une maison deux ans plus tard. Le couple avait même essayé en vain d'avoir un enfant, à l'aide de fécondations in vitro.

"En 2002, il a commencé à devenir très jaloux : quand je rentrais tard le soir, il ne voulait pas croire que je revenais du travail", a témoigné à la barre son ex-femme, âgée aujourd'hui de 41 ans. "Il buvait aussi beaucoup... Je voyais que ça perturbait sa sexualité : il était incapable d'être tendre avec moi dans l'intimité." Les jurés rendront leur verdict à son encontre ce mardi.


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info