FAIT-DIVERS – Un homme d’une trentaine d’années est entré dans une clinique privée nantaise, et s’en est pris à une patiente, traitée pour un cancer, et placée sous morphine.

Il était sans doute vêtu d’une blouse blanche. Ou avait l’assurance d’un médecin. Pourquoi se serait-elle méfiée ? Le 4 octobre dernier, entre 6 et 7 heures du matin dans une clinique de la région nantaise, un homme se disant praticien est entré dans la chambre d’une patiente, alitée, et l’a violée, rapportent Ouest-France et Presse-Océan ce jeudi.

Déjà, poursuivi pour avoir filmé sous les jupes des filles

Face à la malade, l’homme se présente comme médecin et dit vouloir l’examiner. Elle, une cinquantaine d’années, est sous morphine, étant traitée pour un cancer. Elle est affaiblie, vulnérable. Elle lui fait confiance. Le faux praticien, d’une trentaine d’années, s’approche du lit, lui "aurait touché les seins et le sexe avant de la violer", rapporte Ouest-France.

Des employés croisent l'agresseur

Sur le coup, la victime est comme paralysée. Et est incapable de faire un bruit ou un cri. Son forfait accompli, l’agresseur s’enfuit. Dans les couloirs, des employés le croisent. Et si certains constatent son air agité, ils sont loin de se douter de ce qui s’est passé.

Une enquête a été ouverte auprès de la brigade des mœurs de la sûreté de Loire-Atlantique. Un suspect a rapidement été identifié. Mardi soir, il a été placé en détention provisoire pour viol sur une personne vulnérable. L’homme est déjà connu : il est également poursuivi pour avoir filmé sous les jupes des femmes. Mais il nie être entré dans la clinique ce jour-là.


Sibylle LAURENT

Tout
TF1 Info