Nice : la fréquence des tramways est-elle suffisante ?

Le service METRONEWS
Publié le 7 octobre 2014 à 12h23
Nice : la fréquence des tramways est-elle suffisante ?

TRANSPORTS – Le syndicat Unsa Transports dénonce une baisse de la cadence de passage des tramways, de 4 minutes à 4 minutes 17 secondes depuis septembre. La CGT conteste cette analyse.

Dans combien de temps va passer le prochain tram ? C'est LA question qui préoccupe la plupart des usagers de la ligne 1 à Nice. Le panneau d'affichage au-dessus des stations donne une indication, plus ou moins fiable. Le chronomètre est plus précis. Sous la bruine, à la station Jean-Médecin ce mardi matin, entre 8h40 et 9h10, il fallait compter en moyenne 3 minutes entre chaque rame en direction de l'hôpital Pasteur, et 3 minutes 45 secondes dans l'autre sens. Mais d'un passage à l'autre, l'attente pouvait varier de seulement 1 minute 40 à 6 minutes 45 !

"On était à un tram toutes les 4 minutes avant mais depuis fin 2013 le délai augmente. En septembre on est passés à 4 minutes 17 !" assure Jean Dessart, de l'Unsa Transport. Selon le syndicat (minoritaire à la régie des transports Ligne d'Azur), ce délai "grippe le système : il y a plus de gens qui veulent monter à bord, donc la rame reste plus longtemps en station et la cadence ralentit. Il suffirait d'ajouter une 23ème rame en circulation pour avoir un passage toutes les 3 minutes 45 en journée (de 7 heures à 19 heures) et transporter 1,2 million de passagers en plus sur l'année !"

"Partager la ville"

"C'est de l'agitation, les chauffeurs parlent de tout, sauf de ça" contredit Yvan Berrettoni, responsable de la CGT (majoritaire à la Régie Ligne d'Azur. "La charge [de voyageurs] est absorbée, on aura toujours des pics d'affluence, mais nous devons partager la ville avec les livreurs, les autos, les vélos… Si on ajoute des rames on risque de tout bloquer".

Pour le syndicaliste, l'enjeu est surtout de faire respecter l'interdiction d'utiliser la voie du tramway aux autres véhicules. "Le passage d'un camion de livraison peut déclencher la boucle magnétique qui contrôle les feux de signalisation : lorsqu'une rame arrive derrière, elle est obligée de freiner ou de s'arrêter, ce qui nuit à la fluidité du trafic". Sans parler des accidents fréquents, comme en avril, lorsqu'un poids lourd avait arraché les caténaires bloquant les tramways durant des heures.

Contactée, la métropole Nice Côte d'Azur, dont dépend la régie Ligne d'Azur, n'a pas répondu favorablement à nos demandes d'interview.


Le service METRONEWS

Sur le
même thème

Tags

Tout
TF1 Info