Nice Sophia-Antipolis en car avec Wi-Fi et sans embouteillages ?

Le service METRONEWS
Publié le 9 décembre 2014 à 10h06
Nice Sophia-Antipolis en car avec Wi-Fi et sans embouteillages ?

TRANSPORTS - Le conseil général des Alpes-Maritimes expérimente sur la ligne 230 des autocars de tourisme suréquipé, à deux étages. En 2016 ces véhicules pourraient même filer sur la bande d'arrêt d'urgence de l'autoroute pour éviter les bouchons !

"Un bureau roulant". Si le conseil général des Alpes-Maritimes mène ses ambitions à leur terme, ce privilège ne sera plus réservé aux heureux bénéficiaires d'une berline avec chauffeur, mais à tous les usagers de la ligne de bus 230, qui relie Nice à Sophia-Antipolis. Le département teste actuellement un autocar de tourisme à deux étages sur cette ligne souvent saturée aux heures des entrées et sorties de bureaux, avec plus de 3 000 passagers transportés chaque jour.

"Je prends cette ligne deux à trois fois par semaine et, avec ce nouveau bus, le saut qualitatif est indéniable. C'est bien plus confortable, assure Jean-François. Il ne manque que des prises et du Wi-Fi !" Une demande qui pourrait bientôt devenir réalité : "Cette expérimentation est le premier élément du futur service de car à haut niveau de service", développe Eric Ciotti, le président du conseil général. Nous allons procéder à l'acquisition de vingt autocars à deux étages qui seront en service fin 2015 ou début 2016, avec du Wi-Fi à bord".

Sur la bande d'arrêt d'urgence ?

Confortables, très bien équipés, ces engins pourraient aussi devenir des armes anti-bouchons ! "Nous discutons avec Escota (la filière de Vinci Autoroute qui gère l'A8) pour que ces cars puissent circuler sur la bande d'arrêt d'urgence en cas d'embouteillages", révèle Eric Ciotti. Une expérience similaire doit avoir lieu en région parisienne.

Entre Nice et Sophia-Antipolis, elle pourrait nécessiter "quelques millions d'euros d'aménagements". Un investissement qui s'ajoute au coût des autocars, deux fois et demi plus chers que les bus qui circulent actuellement sur cette ligne. Interrogé par metronews sur une éventuelle augmentation du prix du ticket (1,5 euro à l'unité, 10 euros le ticket de dix voyages) sur cette ligne "haut de gamme", le président du département assure que "pour l'instant il n'est pas prévu de changer le tarif".


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info