Notre-Dame-des-Landes : les opposants lancent un appel aux dons

Sibylle Laurent
Publié le 3 octobre 2014 à 10h56
Notre-Dame-des-Landes : les opposants lancent un appel aux dons

AEROPORT – Pour soutenir leur combat juridique, les opposants à l’aéroport Notre-Dame-des-Landes lancent une souscription.

Il faut de l’argent pour continuer le combat. C’est le message que fait passer la Coordination des opposants au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, qui regroupe une cinquantaine d’associations, organisations politiques et syndicats. Elle a lancé, via un communiqué, un appel à "un soutien financier du combat juridique à Notre-Dame-des-Landes".

En effet, pour agir contre le transfert, la Coordination des opposants s’appuie sur trois piliers : mobilisation militante, via des manifestations et les traditionnels grands rassemblements d’été, lutte politique, avec des soutiens nationaux et internationaux, et combat juridique.

Financier les frais d'avocats

Ce dernier volet est essentiel, mais est aussi l’un des plus coûteux. Actuellement, plusieurs recours ont été déposés par quatre cabinets d’avocats auprès de plusieurs juridictions (tribunal Administratif, conseil d’Etat, cour de Cassation, commission européenne). Dans l'attente de leur examen, les travaux sont gelés. Les anti-aéroport envisagent de déposer de nouveaux recours dans les prochains mois, qu'il faudra aussi payer. Les militants ont aussi dû financer des contre études pour "démonter les dossiers établis par des administrations aux ordres des politiques ou par les milieux économiques directement intéressés". Des démarches qui "nécessitent de gros moyens financiers", indique la Coordination.

Et sur ce point, la situation devient critique. Lors de l’assemblée générale l’an dernier, l’Acipa (Association Citoyenne Intercommunale des Populations concernées par le projet d'Aéroport de Notre Dame des Landes) déclarait avoir dans sa caisse 140.000 euros. Mais le budget s’est vite évaporé, dans les actions menées, frais d’avocats, recours… Et qui a été aggravé cet été : comme chaque année, les opposants misaient sur leur grande manifestation estivale pour renflouer les caisses. Mais, sans doute plombé par la mauvaise météo, le traditionnel rendez-vous, début juillet, n’a pas eu le succès escompté. D’après Presse-Océan, il aurait creusé les comptes de 20.000 euros.


Sibylle Laurent

Tout
TF1 Info