L'essentiel

SOCIETE – Ce mercredi, le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, présente son projet de loi en faveur de l’activité et la croissance. L'une des principales mesures de ce texte est la possibilité pour les commerces d'ouvrir jusqu'à 12 dimanches par an, contre 5 actuellement. Depuis deux ans, le centre-ville de Marseille a fait le test pour un bilan plus que mitigé comme l'avait constaté metronews en octobre dernier.

Stradivarius ? Fermé. Levi’s, Sephora, Kaporal 5 ? Fermés de même. En ce dimanche 19 octobre, les magasins de la rue Saint-Ferréol (Ier) ne sont pas nombreux à avoir ouvert leurs portes. Foot Locker est un des rares à avoir levé son rideau. Mais, derrière sa caisse, un vendeur déplore le manque de clientèle, et regrette que les autres magasins soient fermés.

Même constat chez Zara : "Aujourd’hui, ce n’est pas rentable d’ouvrir le dimanche car trop peu d’enseignes jouent le jeu. Nous, on peut se le permettre car on a les moyens, mais c’est un pari pour l’avenir. Si toute la rue était ouverte, ça marcherait", soutient Sébastien Calcar, adjoint responsable de ce magasin de la chaîne de prêt-à-porter.

Si cette démarche peut répondre un jour à une évolution sociétale, ce ne semble pas être le cas aujourd’hui : dans les rayons déserts de Zara, seule erre une avocate qui, travaillant elle aussi le dimanche, profite de sa pause déjeuner pour faire de menues emplettes.

Les Terrasses du port : "Une réussite totale"

Pourtant, situé en zone touristique, les magasins du centre-ville de Marseille ont l’autorisation d’ouvrir le dimanche depuis septembre 2012. Selon la Chambre de commerce et d’industrie, au mois de mai dernier, près de 500 commerces étaient ouverts sur environ 3 000. Et le chiffre serait actuellement aux alentours de 600.

En effet, depuis la rentrée, le Centre bourse a lui aussi abandonné le repos dominical. Les Terrasses du port et les Voûtes de la Major, quant à elles, ont annoncé dès leur ouverture que le week-end ne serait pas chômé.

Ces grands centres commerciaux semblent mieux tirer leur épingle du jeu. "C’est une réussite totale, s’enthousiasme Sandra Chalinet, la directrice des Terrasses du port. Le week-end représente pour nous 33 % de la fréquentation hebdomadaire, et le dimanche est équivalent au samedi." Selon elle, cette réussite est due au triptyque "Vieux Port, Mucem, Terrasses" : "Les gens viennent de toute la région passer la journée à Marseille. Et notre avantage est que nous ne sommes pas qu’un centre commercial : on peut se promener face à la mer, boire un verre, déjeuner au restaurant, mettre ses enfants à la garderie. Il y en a pour tous les goûts".

Une réussite qui ne serait pas sans conséquence sur les commerces du centre. Sébastien Calcar confie : "Le magasin Zara des Terrasses du port cartonne le dimanche, il fait autant de chiffre d’affaires que nous le samedi". Du coup, l’enseigne envisage de restaurer le repos dominical dans son commerce situé à proximité de la préfecture.
 


Tout
TF1 Info