CIRCULATION – Tous les jours, le périphérique nantais est victime de congestion aux heures de pointe. L’Etat planche un scénario pour améliorer le trafic. Riverains et automobilistes sont invités à donner leur avis.

Les bouchons sur le périphérique nantais sont devenus une tradition. Aux heures de pointe, la ceinture de 42 kilomètres encerclant Nantes est en effet totalement saturée. L’Etat veut essayer d’améliorer les choses . Le point.

Quelle est la situation ?
Aujourd’hui, près de 100 000 véhicules circulent chaque jour sur certaines portions. Aux heures de pointes, ce sont entre 4 000 et 4 600 voitures par heure qui empruntent le périphérique. Embouteillages et trafic en accordéon sont le lot quotidien des automobilistes, notamment sur la partie Nord, entre les portes de Rennes et d’Orvault. La section de 2 kilomètres assure en effet la continuité de grands itinéraires de transit nationaux (A 11, route de Rennes, route de Vannes, A 83), et est le principal nœud d’accès aux grands équipements de la métropole. Et la situation n'est pas près de s'arranger. La Dreal (direction régionale de l’environnement) estime en effet que d’ici à 2035, les principaux pôles urbains ne vont cesser de voir leur population augmenter "de façon importante", et les échanges s’accentuer. "Les territoires intrapériphériques vont gagner 73 000 habitants", indique ainsi l’organisme. Conséquence directe : le trafic journalier augmentera de 16 %.

Cee qui est envisagé 
Depuis 2011, l’Etat a engagé des études de réaménagement, plus particulièrement la portion entre Orvault et Rennes. Deux scénarios sont envisagés : la création d’une troisième voie qui reliera l’entrée et la sortie de deux portes (11,1 millions d’euros), ou des bandes d’arrêt d’urgence ouvertes à la circulation uniquement aux heures de pointe, pour adapter la capacité en fonction des besoins (12, 9 millions d’euros).

Où et comment se renseigner ?
Jusqu’au 17 juillet, les riverains et les automobilistes sont invités à donner leur avis. Le dossier est ainsi consultable sur les sites Pôle Erdre de Nantes métropole, à la mairie annexe Nantes nord et au Centre technique municipal d’Orvault. Une réunion publique est également prévue jeudi, à 18 h 30, salle festive Nantes Nord (73, avenue du Bout-des-Landes). Le scénario retenu fera ensuite l’objet d’études plus fines, avant une enquête d’utilité publique pour les premiers travaux, "envisageables en 2016".


Sibylle LAURENT

Tout
TF1 Info