Punaises de lit à Nantes : comment les logements contaminés vont être désinfectés

Sibylle Laurent
Publié le 6 octobre 2014 à 17h00
Punaises de lit à Nantes : comment les logements contaminés vont être désinfectés

LOGEMENT – Deux immeubles de Nantes-Nord, soit 199 logements, vont subir une opération de désinsectisation, après la détection d’une "contamination inhabituelle" de punaises de lit.

Des dizaines de piqures au réveil, sur les bras, le dos, les jambes… Depuis cet été, les habitants de deux immeubles de Nantes-Nord sont confrontés à une véritable invasion de punaises de lit . Des colonies de ces insectes brunâtres, de la grosseur d’un pépin de pommes, ont en effet envahi leurs habitations. Les punaises de lit envahissent peu à peu toutes les grandes villes. Mais à Nantes, deux immeubles de la rue de Québec sont principalement concernés par ce problème. La propagation est "nouvelle à cette échelle", reconnaît Nantes habitat, le bailleur social .

Un dispositif d’ampleur "inédit et expérimental" est donc en train d’être mis en place pour contrer la menace. Nantes habitat et la Ville de Nantes y travaillent depuis cet été. En effet, pour cette préparation "conséquente, plusieurs semaines de travail ont été nécessaires.

Déjà des interventions isolées

Un protocole d’intervention existe déjà pour les cas isolés : Nantes Habitat intervient régulièrement dans les logements, par le biais d’entreprises spécialisées, à la demande des locataires ou lorsque la présence de ce nuisible est constatée par le personnel de l’office dans les parties communes. Ces sociétés posent des "pièges" pour confirmer l’origine du nuisible et le degré d’infestation, puis procèdent à un traitement de l’appartement adapté au diagnostic. Généralement un deuxième traitement est effectué 15 jours après, pour éliminer les nouvelles punaises issues des œufs.

Mais les deux immeubles contaminés à Nantes-Nord présentent une "invasion inhabituelle". Ils ont déjà fait l’objet de 67 interventions depuis le début de l’année. Jusqu’à cet été, il s’agissait de traitement pour des cas isolés, avec une contamination probable par lien de voisinage ou familial. Mais durant l’été, les équipes de l’agence Cartier de Nantes Habitat ont constaté une "prolifération importante des punaises de lit dans ces deux tours". "C’est un phénomène nouveau et inexpliqué, puisque les spécialistes indiquent que les punaises ne migrent pas spontanément, mais sont véhiculées par le textile", indique Nantes habitat. "Or, il paraît aujourd’hui vraisemblable que les punaises se soient répandues d’un logement à l’autre par les gaines techniques."

Evacuation le temps d'une journée

Un diagnostic précis est en cours sur l’ensemble des 199 logements, permettant "de dimensionner exactement l’intervention des entreprises spécialisées et de définir un planning correspondant à la situation". Le traitement se fera par palier, avec des procédures strictes, et les locataires devront libérer leur logement pour la journée, de 8 h à 18 h. Ils seront logés dans des appartements de Nantes Habitat.

L’ensemble des locataires va être prévenu dans les prochains jours, par courrier recommandé, des dates de passages des collaborateurs de l’office, pour diagnostiquer les logements, la quantité d’ameublements, de textiles, et expliquer la procédure complète. Si l’accès à certains logements est impossible, un second rendez-vous devra être rapidement fixé, "sans quoi un recours à la force publique sera fait pour ouvrir le logement", précise Nantes habitat. Un arrêté municipal relatif à la santé publique va en effet être pris en ce sens. Le but est en effet d’agir sur un délai restreint pour ne pas perdre en efficacité et rapidité de traitement.


 


Sibylle Laurent

Tout
TF1 Info