Quand le financement participatif aide les collectivités à boucler leur budget

Le service METRONEWS
Publié le 11 décembre 2014 à 15h04
Quand le financement participatif aide les collectivités à boucler leur budget

ECONOMIE – Face à la baisse des dotations de l'Etat et à la frilosité des banques, les collectivités locales font de plus en plus appel au financement participatif. Un phénomène qui devrait prendre de l'ampleur avec la loi d'octobre 2014 qui réglemente le dispositif.

Après la musique, les livres ou les monuments en péril, le financement participatif (crowdfunding en anglais) est désormais utilisé par les collectivités locales. L'ojectif des élus est toujours le même : trouver de nouvelles ressources en période de disette budgétaire, sans devoir pour cela augmenter les impôts.

Pour boucler le budget de 800 000 euros nécessaires afin de reconstruire l'école du village, Marieme Tamata-Varin, maire de Yèbles (Seine-et-Marne) s'est tournée vers My Major Company , connue pour avoir produit les albums de Grégoire, de Joyce Jonathan ou Irma. L'entreprise de crowdfunding a mis en place une collecte sur Internet. En trois jours, 8941 euros sur les 40.000 euros espérés ont été collectés.

Des dessins d'enfants et leurs noms gravés sur l'école

En échange, les donateurs recevront des dessins d'enfant de l'école ou auront leur nom gravé sur le mur du nouvel édifice. "C'est un très bon démarrage. Nous avons déjà dépassé les 25% qui permettent de réaliser le projet", se félicite-t-on chez My Major Company. "Je suis ravie que l'opération marche aussi bien. Mais il faut rester réaliste. Le crowdfunding ne peut solutionner tous les problèmes de budget des collectivités", objecte Marieme Tamata-Varin.  

Selon l'association Financement Participatif France (FPF), de plus en plus de responsables politiques se tournent vers ce dispositif qui est désormais réglementé par une loi entrée en vigueur en octobre 2014. Pour Cyril Cotonat, maire de Ladevez-Rivière (Gers), qui a réuni 4100 euros début 2014 pour finaliser les travaux de réfection de l'église, "cela permet de compenser la baisse des dotations publiques et ça évite d'emprunter aux banques". Le jeune élu a d'ailleurs comme projet de lancer une nouvelle souscription afin de rénover le centre du village.

1 million d'euros pour le beffroi de "Bienvenue chez les Ch'Tis"

A Toulouse, Thierry Merquiol, un des dirigeants de l'entreprise de financement participatif Wiseed qui a récemment proposé de racheter une part des actions de l'aéroport Toulouse-Blagnac, confirme la tendance. "Jusqu'à présent on s'occupait essentiellement de projets d'entreprises, aujourd'hui je reçois des appels de collectivités partout en France qui veulent construire des salles de sport ou des bibliothèques".

Ainsi la ville de Bergues a pour objectif de récolter 1 million d'euros pour rénover le beffroi de la cité rendu célèbre dans le film "Bienvenue chez les Ch'tis". "On a déjà beaucoup d'autres monuments et équipements à notre charge, sa rénovation n'est pas prioritaire dans notre budget", justifie Sylvie Brachet l'édile de la commune. Cette dernière espère finaliser l'opération en 2015 pour les 10 ans du classement du site au patrimoine mondial de l'Unesco.


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info