Retour à la case garde à vue pour la maire de Montauban

Le service METRONEWS
Publié le 17 juin 2015 à 11h55
Retour à la case garde à vue pour la maire de Montauban

POLITIQUE - La maire de Montauban, Brigitte Barèges (Les Républicains), est de nouveau entendue par les enquêteurs ce mercredi matin. Elle doit d'expliquer sur un éventuel détournement de fonds publics.

Une garde à vue en deux temps. La maire de Montauban, Brigitte Barèges (Les Républicains), est de nouveau entendue par la police ce mercredi sur un éventuel détournement de fonds publics, après une interruption exceptionnelle mardi soir. Une décision prise à la suite de la requête d'une des personnes interrogée. 

L'affaire concerne "le financement par la municipalité de Montauban d'un emploi possiblement fictif d'un chargé de communication à la mairie". L'édile avait été placé en garde à vue mardi matin, en même temps que trois collaborateurs : son ancien chargé de communication et ex-directeur de campagne pour les municipales de 2014, Jean-Paul Fourment, son ancien directeur de cabinet, Stéphane Bensmaine, et le directeur d'un quotidien local proche de la mairie, le Petit Journal, Alain Paga.

Des articles favorables à Brigitte Barèges dans le viseur

Les investigations portent sur l'emploi attribué à M. Fourment, qui a lui-même assuré avoir été payé par la collectivité pour écrire des articles favorables à Brigitte Barèges dans Le Petit Journal. Cette dernière, qui récuse toute malversation, avait déjà été entendue dans ce dossier en mars 2014, de son plein gré. Elle avait à l'époque mis en cause "l'absurdité des dénonciations malveillantes et politiciennes" formulées contre elle "comme par hasard à la veille des élections municipales".

A LIRE AUSSI >> "Montalbanais de souche", la nouvelle polémique de Brigitte Barèges


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info