Sécurité : Pierre Cohen dénonce "l'impuissance" de la nouvelle majorité

Le service METRONEWS
Publié le 10 septembre 2014 à 16h57
Sécurité : Pierre Cohen dénonce "l'impuissance" de la nouvelle majorité

SECURITE – Alors que l'actualité toulousaine a été marquée ces dernières semaines par des faits-divers sanglants, l'ancien maire répond aux accusations de laxisme formulée à son encontre par la nouvelle majorité.

Trois jours après la mort d'un jeune homme de 21 ans , tué à l'arme blanche non loin du Capitole, Toulouse aurait été le théâtre d'une nouvelle agression à l'arme blanche dans la nuit de mardi à mercredi, sur les allées Jean-Jaurès. Un automobiliste ivre aurait asséné un coup de couteau à un piéton qu'il venait de manquer d'écraser, pouvait-on lire ce mercredi matin dans La Dépêche du Midi, qui cite des témoins de l'altercation.

Si le mystère plane encore autour de cette agression – la victime s'est enfuie et n'a pas été retrouvée -, cela pourrait en tout cas apporter un peu d'eau au moulin de l'ancien maire PS, Pierre Cohen, qui pointait du doigt, mardi soir dans un communiqué, "l'impuissance" de la nouvelle majorité en matière de sécurité.

Pour Moudenc, "Toulouse est un foyer de l'islamisme radical"

Faisant référence aux différentes déclarations du maire et de son adjoint à la sécurité après la série de sanglants faits-divers à Toulouse cet été, il a dénoncé "l’arrogance de la nouvelle municipalité, qui proclame encore, par la voix de Jean-Luc Moudenc, qu’elle a "changé l’ambiance de la ville". Cette arrogance confine aujourd’hui à l’indécence quand Olivier Arsac, son adjoint chargé de la sécurité prend pour prétexte notre soi-disant laxisme pour masquer son impuissance." Une attaque à laquelle n'a pas souhaité répondre l'intéressé.

En revanche, dans une interview accordée à La Dépêche, parue mercredi, Jean-Luc Moudenc est revenu sur sa politique de lutte contre l'insécurité. "Nous allons autofinancer la généralisation de la vidéoprotection, le doublement des effectifs de police municipale, les brigades motorisées et rendre opérationnel l'office de la tranquillité", a-t-il annoncé. Affirmant par ailleurs que "Toulouse est un foyer de l'islamisme radical", le maire a signalé que la lutte contre les réseaux jihadistes était l'une de ses grandes préoccupations.
 


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info