Sivens : la justice ordonne l'expulsion d'une partie des ZADistes

Le service METRONEWS
Publié le 10 février 2015 à 18h06
Sivens : la justice ordonne l'expulsion d'une partie des ZADistes
L'essentiel

ENVIRONNEMENT – Le tribunal d'Albi a ordonné l'évacuation de certaines terres occupées par les adversaires du barrage. Mais leur expulsion ne devrait pas intervenir avant le 6 mars date à laquelle le Conseil général étudie un nouveau scénario de retenue d'eau.

Le tribunal d'Albi a ordonné l'évacuation d'une partie des terrains de Sivens occupés depuis octobre 2013. A la suite de la plainte déposée fin janvier 2015 en référé par les riverains, le Conseil général du Tarn et la CACG (Compagnie d'aménagement des Coteaux de Gascogne) seules quelques parcelles où sont installées des tentes, des caravanes et des cabanes en bois habitées par les ZADistes sont menacées d'expulsion.

"On ne partira pas de nous-mêmes, on va faire en sorte que les forces de l'ordre viennent le plus tard possible ou même pas du tout", explique Sylvain un des locataires de la Métairie neuve située au cœur de la zone de Sivens. Cette ferme, propriété du Département et qui sert de dortoir aux ZADistes, est également visée par une demande d'expulsion qui doit être examinée mercredi par la justice. Le verdict est attendu avec impatience tant la tension est palpable depuis quelques semaines entre les adversaires du barrage et les riverains.

Nouveau scénario le 6 mars?

Ces derniers, qui s'estiment "victimes" de l'occupation, bloquent régulièrement en signe de protestation l'accès à la Zone à défendre (ZAD). Seule la présence des gendarmes qui s'interposent entre les belligérants empêche la situation de dégénérer.

Alors que le projet de barrage a été officiellement enterré par Ségolène Royal le 16 janvier , la ministre de l'Ecologie a déclaré que l'expulsion des opposants n'interviendrait pas avant le 6 mars, date à laquelle la collectivité locale du Tarn doit se réunir pour décider du devenir du projet de retenue d'eau.