TRANSPORT - Le consortium des entreprises corses candidat à la reprise de la compagnie maritime SNCM, en procédure de redressement judiciaire, a annoncé jeudi à Ajaccio qu’il allait présenter des propositions “sérieuses et ambitieuses” aux plans social et économique.

L'offre de reprise se précise. Le consortium des entreprises corses candidat à la reprise de la compagnie maritime SNCM , en procédure de redressement judiciaire, a annoncé qu’il allait présenter des propositions “sérieuses et ambitieuses” aux plans social et économique.

Sous le nom de Corsica Maritima (CM), ce consortium regroupe les plus importantes sociétés insulaires notamment de la grande distribution et du BTP, et au-delà “plus de 70 entreprises”, a indiqué le conseil d’administration de CM dans un communiqué.

Une offre "transparente"

“Corsica Maritima n’a pas comme objectif de réaliser une quelconque opération financière ou spéculative, mais de permettre dans la transparence aux acteurs de l’économie insulaire de participer activement à la gestion d’un maillon vital pour leurs activités”, selon le communiqué.

Le consortium a précisé que “les équipes opérationnelles d’ingénierie juridique, financière et technique sont au travail (et que) des contacts sérieux avec des partenaires armateurs d’importance sont engagés”.

“L’objectif, selon le communiqué, de finaliser des propositions sérieuses et ambitieuses tant en terme social que de pérennisation économique sera donc atteint avant le terme fixé par le tribunal” de commerce de Marseille.

Les précédentes offres rejetées

Le 10 juin dernier, le tribunal avait rejeté 3 offres de reprise de la SNCM avant de demander aux administrateurs judiciaires de procéder à un nouvel appel à candidature, offrant à la compagnie un sursis pour la saison estivale. Il examinera les nouvelles propositions le 25 septembre.

“Aucune offre ne présente de garanties sérieuses de viabilité économique, la pérennité de l’ensemble cédé ne paraissant pas assurée”, avait jugé le tribunal.

Trois offres avaient été déposées pour reprendre la SNCM qui emploie environ 1.500 CDI par l’armateur Baja Ferries, un ancien directeur du port de Marseille, Christian Garin, et le groupe corse Rocca (transports routiers, immobilier et traitement des déchets)

Le groupe Stef, actionnaire de l’autre compagnie délégataire du service public du transport maritime entre la Corse et le continent, La Méridionale, a exprimé aussi son intention de présenter une offre dans les délais fixés.

EN SAVOIR + SNCM : les raisons du conflit en 3 points

 

/div


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info