Toulouse : échange service de babysitting contre billets de train

Le service METRONEWS
Publié le 8 juillet 2015 à 12h47
Toulouse : échange service de babysitting contre billets de train

INITIATIVE – La start-up lyonnaise propose depuis quelques mois de mettre en relation parents et babysitter afin d’accompagner les enfants voyageant seuls en train. Ce service vient tout juste d’être déployé à Toulouse.

Permettre aux enfants de ne plus voyager seuls en train et aux étudiants de se déplacer moins cher. Tel est le credo de la start-up lyonnaise KidyGo , qui propose depuis décembre 2014 de mettre en relation des parents et des baby-sitters pour accompagner les enfants lors de leurs trajets. Le service, déjà actif à Lyon, Nantes et Paris , est désormais accessible à Toulouse.

Une offre qui vient en complément de Junior et compagnie, le service d’accompagnement de la SNCF. "Il propose un nombre de places limité et le service est actif sur pour des trajets entre grandes villes, nous avons donc eu l’idée d’apporter un service complémentaire" explique Joanna Faulmeyer, cofondatrice de la start-up avec Thomas Dournet.

Des billets de train moins chers ou remboursés

Concrètement, les parents s’inscrivent sur la plateforme KidyGo puis sélectionnent la personne à qui ils confieront leurs progénitures après l’avoir rencontrée, s’ils le souhaitent. Un système de commentaires et de notation permet de filtrer les profils des "Kidysitters" qui les intéressent. Les babysitters remplissent  un profil en indiquant leurs expériences avec les enfants ou la possession d'une formation telle que le BAFA. Enfin, ils peuvent préciser les activités qu’ils proposeront au long du trajet.

La rétribution du babysitter, qui intervient le jour du départ, est ensuite laissée à l’appréciation des parents. "Nous demandons de ne pas donner moins de 10 euros. La grande majorité d’entre eux propose au minimum 20 euros, et 70 % sont prêts à prendre en charge la totalité du billet". De quoi intéresser des étudiants ou ceux qui souhaitent voyager moins cher.

Près de 350 inscrits à Toulouse

Pour s'implanter à Toulouse, la start-up s'est tournée vers le bureau des étudiants de la Toulouse Business School . "Dans les grandes écoles et écoles de commerce, les étudiants sont rarement originaire de la ville, ils sont donc amenés à se déplacer fréquemment pour rentrer chez eux" poursuit Joanna Faulmeyer. Résultats, en quelques jours, plus de 200 inscriptions ont été enregistrées dans la Ville rose, qui compte aujourd'hui 350 utilisateurs.

Depuis son lancement, KidyGo a permis de réaliser une cinquantaine de trajets pour 4000 inscrits dans toute la France. Les vacances d’été ont joué le rôle d’accélérateur. "Il s'agit le plus souvent de parents séparés ou de grands-parents qui récupèrent leurs enfants pour les vacances. Il y a un vrai engouement, signe que la demande était bien là", se réjouit Joanna Faulmeyer.


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info