VIE ETUDIANTE - L'association Osez le féminisme et le syndicat étudiant Unef s'insurgent contre l'affiche de la soirée d’intégration inter-facs de Toulouse, prévue le 17 octobre. On y voit une jeune fille dénudée léchant une glace. Les organisateurs, eux, se défendent de tout sexisme.

La soirée American Campus no limit ! n'a pas encore eu lieu mais elle fait déjà parler d'elle. Le 17 octobre, les étudiants toulousains sont attendus à la discothèque La Dune pour une soirée dont le slogan est "Pas de limite, pas de censure, pas de string".

Parties de strip-poker, de beer pong (jeu à boire), body shot (consistant à lécher de l'alcool sur le corps de quelqu'un), concours de tee-shirts et de caleçons mouillés sont notamment prévus. Un concept dénoncé par l'Unef, le syndicat étudiant, et par l'association Osez le féminisme. Ces derniers ont également vivement réagi à l'affiche qui sert à la promotion à la fête.

Problème de marchandisation du corps de la femme

On y voit une femme en bikini, en train de lécher une glace. Une photo qui "rappelle clairement les codes de la pornographie", dénonce la porte-parole d'Osez le féminisme 31 (OLF 31). Pour Margot Petit-Breuilh, membre de l'Unef 31, "cela pose un problème de marchandisation du corps de la femme. On demande aux étudiants de ne pas se rendre à la soirée !"

La polémique n’est pas nouvelle, puisqu'une soirée similaire s'était tenue en octobre 2013 au Studio One, provoquant les mêmes réactions indignées. "J'ai l'impression que les associations féministes en profitent pour faire le buzz et se faire de la publicité, regrette Mathieu Puch, l'organisateur d'American Campus. En 2013, 3 000 personnes étaient venues sans qu'il y ait le moindre problème". L'étudiant fait valoir que "certaines couvertures de magazine font beaucoup plus dans la provocation".


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info