Toulouse: la vidéoprotection s’installe dans onze nouveaux quartiers

Le service METRONEWS
Publié le 1 juin 2015 à 16h22
Toulouse: la vidéoprotection s’installe dans onze nouveaux quartiers
L'essentiel

SECURITE – Jean-Luc Moudenc a annoncé ce matin le déploiement de 73 nouvelles caméras de surveillance d’ici la fin de l’année. Les quartiers Bayard et Saint-Aubin ouvriront le bal début juillet.

Les six caméras de vidéoprotection installées place Arnaud-Bernard entre décembre 2014 et mars dernier n’était qu’un tour de chauffe. A compter de cet été, la municipalité va en effet entrer dans le vif du sujet. Lundi matin, le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc a annoncé l’installation de 73 nouvelles caméras dans 11 zones prioritaires de la ville d’ici la fin de l’année. Un déploiement qui se veut "équilibré entre le centre-ville et les quartiers", a assuré Olivier Arsac, son adjoint à la sécurité.

"A partir des statistiques de la police nationale, de celles d’Allô Toulouse et des demandes des Toulousains, nous avons recensé plusieurs zones de délinquance géographiquement concentrées et nous les avons triées par ordre de priorité, a-t-il précisé. Au total, en 2015 et 2016, 160 caméras de ‘priorité une’ seront installées."

Un nouveau PC vidéo pour exploiter les données

Dès le mois de juillet, plusieurs caméras de vidéoprotection viendront jalonner l’axe Bayard-Belfort-Colombettes-Saint-Aubin. "On y a constaté une inquiétante poussée de la délinquance", a précisé l’adjoint. Suivront la place Saint-Pierre , avec la mise en place de deux caméras provisoires avant un renforcement de l’équipement en 2016, les Izards (courant août), Bellefontaine (en septembre) les Pradettes et Empalot (en octobre).

Le faubourg Bonnefoy, la rue Alsace-Lorraine et la cité Amouroux, où "le phénomène de trafic de drogue qui est assez récent doit être immédiatement endigué", selon Oliver Arsac, clôtureront cette première phase de déploiement. En parallèle, sera mis en service courant décembre un tout nouveau PC vidéo qui permettra "d’exploiter l’outil pleinement", a affirmé l’adjoint à la sécurité.