Tourcoing : troisième nuit de violences, 20 gardes à vue

Le service METRONEWS
Publié le 4 juin 2015 à 12h04
Tourcoing : troisième nuit de violences, 20 gardes à vue

FAIT DIVERS – Les émeutes se poursuivent, la nuit, dans les quartiers de la Bourgogne et de l’Epidème à Tourcoing. Les violences ont débuté avec la mort, lundi soir, d'un jeune homme en voiture, alors qu'il fuyait un contrôle de police, avec deux individus.

Les quartiers de la Bourgogne et de de l’Epidème à Tourcoing ont connu une troisième nuit de violence consécutive d'une intensité accrue dans la nuit de mercredi à jeudi. Vingt personnes, dont sept mineurs, ont été placées en garde à vue. Les violences ont débuté avec la mort, lundi soir près de la gare, d'un automobiliste qui, en tentant d'échapper à un contrôle de police, avait percuté un arbre. L'accident a aussi blessé ses deux autres occupants, dont un très gravement.

Des policiers attaqués 

Une centaine de personnes ont participé aux violences de mercredi à jeudi, au cours desquelles 14 poubelles et 16 voitures ont été brûlées , nécessitant l'intervention des pompiers, mais sans faire de blessés. Vingt gardes à vue "ont été prises pour des violences sur policiers, soit par jets de projectiles, soit avec l'utilisation de véhicules pour foncer sur les policiers, et d'autres gardes à vue ont été prises pour participation à attroupement", a indiqué Bruno Dieudonné, adjoint au procureur de Lille.

Cette nuit de violence est intervenue quelques heures après l'organisation, en hommage aux victimes de l'accident de voiture, d'une marche silencieuse ce mercredi après-midi. Une centaine de personnes se sont rassemblées exigeant la vérité sur l'accident. La première nuit, cinq à six voitures et quelques poubelles ont été incendiées. Des véhicules de police avaient fait l'objet de jets de pierres, tout comme un bus de la régie Transpole. De nouveaux incidents avaient eu lieu la nuit suivante.

150 policiers et gendarmes

"Il y avait eu très peu de gardes à vue sur les premières nuits, les policiers avaient porté leur action sur le maintien de l'ordre, a expliqué l'adjoint au procureur. Il y avait eu en marge des événements plusieurs interpellations et gardes à vue, un défèrement pour des faits d'outrage et un autre d'un mineur pour jet de projectiles sur policier".

De son côté Jean-François Cordet, préfet du Nord, rappelle que "près de 150 policiers et gendarmes sont engagés sur le terrain et qu'un « hélicoptère appuie l’intervention des forces de l’ordre". "Au cours des trois dernières nuits, une quarantaine de véhicules et poubelles ont été incendiées et six véhicules de police et 2 bus ont été dégradés, comptabilise-t-il. Vingt-quatre individus ont été interpellés." Le préfet appelle "tous les acteurs sociaux et associatifs à s’engager afin de prévenir de nouvelles violences".

A LIRE AUSSI >>  Tourcoing : des violences urbaines après un accident mortel


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info