Trafic de Subutex à l'île Maurice : "Piégée, ma fille risque soixante ans de prison"

Le service METRONEWS
Publié le 1 septembre 2014 à 19h03

INTERVIEW – La Française Aurore Gros-Coissy est emprisonnée depuis trois ans à l'île Maurice pour trafic de Subutex. Elle clame son innocence et accuse un ancien petit-ami de l'avoir piégée. Séline Gros-Coissy, sa mère, se dit inquiète alors que le procès de sa fille s'ouvre ce mardi pour quatre jours.

Dans quel état d'esprit êtes-vous alors que le procès de votre fille débute ce mardi  à l'île Maurice ?
Nous sommes inquiets et angoissés, car son avenir se joue dans les jours qui viennent. Nous n'avons pas pu préparer correctement sa défense : les pièces qui pourraient disculper Aurore sont actuellement en France et ne sont donc pas versées au dossier. Elles n'ont pas été transférées à l'Ile Maurice en raison des accords inexistants entre les deux pays. Nous savons qu'Aurore est innocente, nous avons les moyens de le démontrer mais on ne le peut pas. De plus, les Français ne sont pas trop appréciés là-bas, à cause du Subutex justement (NDLR : ce substitut à l'héroïne, distribué sous ordonnance en France, est le stupéfiant le plus consommé à Maurice). Rien ne me permet d'être optimiste, d'autant que l'Etat français n'a rien fait.

En voulez-vous aux autorités françaises ?
Complètement. Une jeune femme est en prison depuis trois ans et rien ne bouge en France. Nous avons contacté le président de la République, le Premier ministre et les ministères de la Justice, de l'Intérieur, de la Santé, mais nous n'avons pas de réponse. C'est très inquiétant pour tous les Français qui voyagent à l'étranger et qui pourraient se retrouver dans une situation similaire. Nous sommes abandonnés.

Qu'est-ce qui vous fait penser qu'Aurore est innocente ?
Nous vivons à la campagne. Aurore a fait des études agricoles et habitait chez nous. Elle n'a vraiment rien à voir avec cette histoire, d'autant qu'elle n'est jamais malade et ne savait même pas ce qu'était ce médicament avant. Elle a été piégée par son ex-petit ami . C'était son premier amour quand elle avait 18 ans. Elle lui faisait confiance. Il a "farci" ses bagages avant qu'elle ne parte de France. Il devait l'accompagner mais il s'est désisté au dernier moment. Lui vit à Paris et est encore libre… Ce n'est pas elle qui devrait être en prison, c'est lui ! Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond !

Votre fille parvient-elle à garder le moral ?
Actuellement, pour tenir le coup, elle se consacre à la spiritualité. A un moment donné, quand on est déçu des hommes, on se raccroche à autre chose. C'est une question de survie. Elle est en prison, ce n'est pas le Club Med'. Au départ, elle voulait seulement s'octroyer quelques vacances et vivre dans une famille mauricienne. En tout cas, nous ne la lâcherons pas. Elle ne finira pas sa vie dans une prison à l'autre bout du monde.
 


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info