Tram-train à Nantes : les conducteurs suspendent la grève, mais…

Sibylle Laurent
Publié le 2 septembre 2014 à 16h34
Tram-train à Nantes : les conducteurs suspendent la grève, mais…
L'essentiel

TRANSPORT – Les conducteurs de la ligne de tram-train Nantes-Châteaubriant ont suspendu le travail lundi. Ils demandent de meilleures conditions de travail et dénoncent "l’absence totale de fiabilité du matériel".

Ils ont décidé de suspendre 'temporairement' le mouvement de grève, pour mercredi. Les conducteurs du tram-train Nantes-Châteaubriant ont en effet cessé le travail depuis lundi , après l’échec de négociations avec la direction cet été. Ils dénonçaient 'des conditions déplorables de travail' et 'l’absence totale de fiabilité du matériel'. En conséquence, aucun train n’a circulé lundi, et le trafic est très perturbé ce mardi. Il devrait en revanche être normal mercredi.

La CGT-Cheminots Pays de la Loire, à l’origine du mouvement, veut en effet changer de stratégie : "Après des mois d’interpellation de le direction, 10 jours de grève en juin, des semaines de pseudo-négociations avec une direction SNCF autiste, les conducteurs du tram-train nantais n’ont eu pour autre choix que de se mettre en grève lundi et mardi", indique le syndicat dans un communiqué. Leurs revendications portent notamment sur l’organisation du travail, comme les roulements des conducteurs, et sur la reconnaissance financière de leur technicité.

"Interpeller les usagers"

Mais après deux jours de grève, les conducteurs estiment aujourd’hui que "la direction SNCF tente de jouer le pourrissement et de monter les usagers contre les conducteurs." Suite à l’annonce du préavis de grève, la SNCF avait en effet indiqué "regretter que les propositions soumises durant l’été à la CGT n’aient pas été acceptées" : "Ces propositions auraient en effet permis d’améliorer les conditions de travail des conducteurs de tram-train par une meilleure organisation de leurs journées de service, et de reconnaître leur polyvalence et leur engagement au service du client en augmentant leur rémunération de près de 6% en moyenne."

Pour "ne pas tomber dans le piège médiatique tendu", les cheminots envisagent donc à partir de mercredi "d’aller à la rencontre de ceux qu’ils transportent", et "d’interpeller dans les jours à venir les usagers et leurs associations ainsi que leurs élus locaux". Pour eux enfin, "la suspension du mouvement de grève est une porte ouverte à la direction pour entreprendre une véritable négociation. Les conducteurs tram-train attendent donc un geste fort de sa part."