Transports : du rififi sur la desserte vers Labège

Le service METRONEWS
Publié le 10 février 2015 à 15h46
Transports : du rififi sur la desserte vers Labège

METRO – Les élus de Toulouse Métropole et du Sicoval ont exprimé publiquement leurs désaccords sur les projets, ligne B ou 3ème métro, pouvant desservir la zone commerciale du sud-est toulousain. Le projet de raccordement entre Ramonville et Labège est sérieusement remis en cause.

Ils ne veulent pas renoncer à leur transport collectif vers Labège. Acteurs économiques et élus ont vivement réagi à l'annonce faite il y a quelques jours par Jean-Luc Moudenc, le président de Toulouse Métropole: la troisième ligne de métro entre Colomiers et Labège devrait voir le jour en 2025 à condition que le prolongement de la ligne B vers la zone économique qui emploie 16 000 salariés soit remisé dans les cartons.

"Pourquoi abandonner un projet prévu pour 2021, dont le dossier de financement est bouclé, pour un hypothétique troisième métro qui verrait le jour en 2030?", s'interroge Claude Ducert, le président du Sicoval qui regroupe les collectivités du sud-est toulousain. Parmi les acteurs économiques, l'incompréhension est identique.

Plutôt vélo et métro que voiture

"Sur les 450 salariés de notre société dont la moyenne d'âge est de 32 ans, 150 sont des jeunes qui préfèrent utiliser les modes de déplacements doux, le vélo, le métro, plutôt que la voiture", explique Christophe Gabette, directeur des affaires générales de Berger Levrault spécialisée dans l'informatique.

Installée depuis 20 ans dans cette zone d'activité économique coincée entre l'autoroute vers la Méditerranée et la ligne SNCF Bordeaux-Marseille, l'entreprise ne souhaite pas déménager. Bien au contraire puisqu'elle a récemment investi de nouveaux locaux à Labège. "Mais c'est difficile quand il faut expliquer à un jeune informaticien venu s'installer à Toulouse pour sa douceur de vivre qu'il devra être bloqué trois quart d'heures tous les jours dans les bouchons à la sortie de son travail", ajoute Christophe Gabette.

L'enquête publique doit commencer le 2 avril

Du côté des décideurs du Sicoval on avance les sommes déjà investies pour pousser le projet : l'Etat a déjà déboursé 20,5 millions d'euros, le Conseil général a versé 40 des 80 millions promis sans oublier les 15 millions d'euros dépensés en études.

Alors que l'enquête publique est prévue du 2 avril au 18 mai, le débat s'annonce crispé avec Jean-Luc Moudenc qui a confirmé sa position dans un courrier adressé à Claude Ducert. "La troisième ligne serait une solution plus pertinente et plus profitable à la qualité de desserte du Sicoval que le prolongement de la ligne B", a rappelé le maire de Toulouse.


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info