Un an de prison pour un "passeur" de migrants entre Vintimille et la France

Le service METRONEWS
Publié le 17 juillet 2015 à 15h20
Un an de prison pour un "passeur" de migrants entre Vintimille et la France

JUSTICE – Ce Tunisien avait embarqué dans sa voiture quatre immigrés clandestins à la gare de Vintimille pour les emmener illégalement à Nice. Ils sont plusieurs dizaines à avoir été condamnés ces dernières semaines pour des faits similaires à Nice.

Nidhal, Tunisien installé à Nice depuis dix ans, marié et père de deux enfants, est un de ces "passeurs" que la police arrête régulièrement à la frontière franco-italienne. Près de 70 ont été interpellés depuis le début de l'année selon la préfecture des Alpes-Maritimes. Lui, c'était le 11 juin dernier. A bord de sa vieille Renault Mégane, il transportait trois Syriens et un Soudanais en situation irrégulière. Un délit d'"aide à l'entrée, à la circulation ou au séjour irrégulier" qui lui vaut d'être jugé ce vendredi devant le tribunal correctionnel de Nice, après plus d'un mois de détention provisoire.

"J'accompagnais un ami Tunisien à la gare de Vintimille. J'ai croisé quelqu'un que je connaissais qui m'a demandé de ramener à Nice trois Arabes qui n'avaient pas d'argent pour payer le train" explique au tribunal ce père de deux jeunes enfants. "Ça lui a fait de la peine, il a été pris au piège" souligne Me Lea-Sylvia Aïm, son avocate. Du côté du parquet, on voit les choses bien différemment. "C'est un système bien rodé, affirme la procureure adjointe Brigitte Funel. Monsieur est un maillon de la chaîne qui profite de la détresse d'étrangers, comme les passeurs qui les font embarquer dans des épaves vers Lampedusa".

"Il faut casser cette chaîne"

Selon l'un des migrants arrêté dans la voiture de Nidhal, "des Marocains, Tunisiens et Algériens attendent dans la gare de Vintimille pour leur proposer le passage". Ils seraient au courant avant même de quitter leur Syrie ou Soudan natal ! "Il faut casser cette chaîne" conclut la procureure adjointe, en demandant une peine exemplaire de 9 mois de prison ferme avec mandat de dépôt. "Les fameux 'maillons de la chaîne', j'aurais bien aimé qu'ils soient arrêtés, intervient l'avocate de la défense. Il n'y a pas non plus de preuve que les migrants devaient le payer". La loi prévoit en effet une "immunité humanitaire" pour dans le cas d'un "passeur" qui agit pour des raisons morales, et sans aucune rémunération…

Il est condamné à un an de prison ferme sans mandat de dépôt. Sa condamnation pourra donc être aménagée par un juge de la liberté et de la détention. Une peine aussi lourde que fréquente. Le 3 juin, un homme avait été condamné à un an de prison pour avoir fait passer dix clandestins de Milan à La Turbie . Père de six enfants, il n'avait pas été placé en détention. Plusieurs dizaines de "passeurs" ont été condamnés à Nice ces derniers mois selon le parquet, souvent à des peines de prison ferme.

LIRE AUSSI >> Calais : deux importants réseaux de passeurs démantelés


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info