Une cinquantaine de camions bloquent la zone de fret de l’aéroport

Publié le 26 janvier 2015 à 11h07
Une cinquantaine de camions bloquent la zone de fret de l’aéroport

SOCIAL – Les routiers poursuivent leur mouvement social. Ils réclament notamment une hausse des salaires.

Ils l’avaient promis, ils l’ont fait . Ce lundi matin, les routiers ont mis en place dans toute la France, comme prévu, de nouvelles actions de protestation. A Nantes, l’intersyndicale CFTC, CGT, FO et CFE-CGC a bloqué la zone industrielle D2A, à côté de Nantes-Atlantique. "Aucun camion ne sort de cette zone", précisent les syndicats. Ces opérations visent à pénaliser les patrons qui refusent la négociation salariale, et concernent des sites logistiques et des entreprises adhérentes des organisations patronales.

Depuis 5 heures ce lundi matin, une cinquantaine de militants syndicaux-chauffeurs routiers sont ainsi postés sur la zone industrielle de Saint-Aignan Grandlieu, près de l’aéroport de Nantes-Atlantique. "On bloque les zones pour empêcher les camions de sortir et même de rentrer", a indiqué Thierry Mayer, de la CGT. Mais il ne s'agit pas de pénaliser les habitants. "Vous pouvez rassurer les usagers : tout le monde passe, sauf les camions", précise-t-il.

Le patronat a déserté la table des négociations

Selon les syndicats, des actions sont aussi organisées ce lundi à Caen, Angers, Rennes et Compiègne. D'autres sont en place ou en cours à Clermont-Ferrand, Dunkerque et Libercourt, Montpellier et Toulouse, notamment. C'est la deuxième journée de mobilisation, après celle organisée lundi dernier. Une centaine de camions avaient alors ralenti la circulation aux abords de la zone industrielle de Carquefou.

Les grévistes réclament des hausses de salaires et veulent obliger le patronat à revenir à la table des négociations désertée la semaine dernière. Les fédérations patronales assurent en effet ne pas être "en capacité" d'aller au-delà que ce qu'elles ont consenti durant les négociations alors qu'un tiers des entreprises du secteur sont dans une situation "critique", dans un contexte européen de "concurrence déloyale et de dumping social". La CFDT prévoit de mener à son tour des actions à partir de mercredi.
 


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info