Var : insultes, menaces... le procès du meurtre des deux gendarmes dégénère

Le service METRONEWS
Publié le 19 février 2015 à 12h43
Var : insultes, menaces... le procès du meurtre des deux gendarmes dégénère

JUSTICE - Le frère d'Inès Farhat, accusée devant les assises du Var de complicité de meurtre de deux femmes gendarmes, a été placé en garde à vue après une violente sortie durant l'audience de mercredi, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

Un climat de plus en plus électrique. Au cours de la deuxième semaine d’audience aux assises de Draguignan, le procès d'Abdallah Bouzemaar et de sa compagne Inès Farhat, accusés du meurtre de deux femmes gendarmes à Collobrières (Var) en juin 2012 a connu mercredi un regrettable épisode.

En fin d’après-midi, une surveillante des Baumettes a été appelée à la barre pour témoigner du comportement d'Inès Farhat durant sa détention provisoire. Selon l’agent pénitentiaire, la jeune femme s'était "vantée d'avoir tué deux flics".

A ses mots, Inès Farhat a immédiatement répliqué : "elle ment!". Assis dans la salle au côté de sa famille, son frère a d'abord crié "ferme ta gueule!" à sa sœur, avant de se lever et de s'en prendre vivement à la surveillante et de l'insulter: "sur les yeux de mon petit frère, vous allez voir comment ça va tourner, salope!".

Placé en garde à vue

Face à ses menaces, la présidente du tribunal a décidé de suspendre la séance. Loin de retrouver son calme, le frère d’Inès Farhat a continué à proférer des menaces dans la salle des pas perdus avant d’être interpellé par des policiers. Il a été placé en garde à vue pour subornation de témoin.

Le procès d'Abdallah Bouzemaar et de sa compagne Inès Farhat se poursuit jusqu'à vendredi à Draguignan. Bouzemaar est le principal accusé de l'assassinat de deux femmes gendarmes à Collobrières (Var) en juin 2012.

La journée de jeudi est consacrée aux antécédents judiciaires de Bouzemaar et aux expertises psychologiques des deux accusés, puis aux plaidoiries des parties civiles. Le réquisitoire est prévu vendredi matin.

LIRE AUSSI >>> Collobrières : au procès, les familles accablées de douleur


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info