Violences et cambriolages en hausse dans les Alpes-Maritimes en 2014

Publié le 22 janvier 2015 à 12h40
Violences et cambriolages en hausse dans les Alpes-Maritimes en 2014

SECURITE – Si la délinquance a globalement baissé l'an dernier dans le département, plusieurs indicateurs sont dans le rouge. Metronews fait le point.

Une délinquance générale en baisse de 1 %. Pour la troisième année consécutive, le nombre total de faits constatés par les services de police et de gendarmerie est en diminution d'après les statistiques que vient de publier l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales. Une bonne nouvelle, même si ce chiffre mélange tout, du plus anecdotique des délits au pire des crimes. Avec 74 faits pour 1 000 habitants, les Alpes-Maritimes restent le quatrième département de France métropolitaine le plus "délinquant", derrière Paris, la Seine-Saint-Denis et les Bouches-du-Rhône.

Des agressions en augmentation. Globalement, elles ont progressé de 3,5 % dans les Alpes-Maritimes en 2014. Les violences gratuites ont, elles, battu un nouveau record avec près de 6 000 faits enregistrés l'an dernier (+ 6,6 %). Ces violences "non crapuleuses" n'ont jamais été aussi nombreuses depuis dix ans au moins. Sur une décennie, elles ont fait un bond de 33 %. Les Alpes-Maritimes sont le 4e département de métropole le plus touché par ce fléau, après la Seine-Saint-Denis, Paris et le Pas-de-Calais.

Des vols plus nombreux mais moins violents. Le nombre total de vols a progressé de 2,8 % l'an dernier. Ce sont Les vols commis sans violence, qui représentent les trois quarts des vols, sont en augmentation de 8,5 % tandis que les vols commis avec violence sont en net recul. Avec 3.000 faits constatés en 2014 dans les Alpes-Maritimes, cette délinquance affiche un recul de -11,5 % en un an et -33 % si l'on remonte dix ans en arrière.

Une recrudescence des cambriolages. C'est un fléau que la préfecture des Alpes-Maritimes ne parvient pas à endiguer, malgré de nombreuses mesures prises depuis 2013. L'an dernier, leur nombre a progressé de 7,8 %, pour atteindre leur plus haut niveau depuis cinq ans. Plus de 6 000 résidences principales ont été visitées par des malfaiteurs. Contactée par metronews, la préfecture des Alpes-Maritimes n'a pas souhaité commenter ces chiffres pour l'instant.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info