Coupure Internet : des actes de malveillance perturbent le réseau dans plusieurs villes de France

Dylan Veerasamy avec AFP
Publié le 27 avril 2022 à 12h35, mis à jour le 27 avril 2022 à 22h59

Source : JT 20h Semaine

Des ralentissements et coupures de l’accès à Internet ont été signalées ce mercredi 27 avril.
Plusieurs grandes villes sont impactées à la suite d'actes de vandalisme.

Des milliers de Français sont déconnectés du réseau Internet, et ce depuis la matinée du mercredi 27 avril. La faute à des actes de vandalisme perpétrés durant la nuit de mercredi, touchant le réseau de fibres optiques, comme indiquent plusieurs sources. Les coupures de câbles de fibre optiques touchent notamment plusieurs axes : Paris-Lyon, Paris-Strasbourg et Paris-Lille. 

Selon les informations de Numerama, la rupture des câbles se serait déroulée en quasi simultané en plein milieu de la nuit, entre 3h20 et 5h30 du matin.

Bouygues Télécom épargné par les problèmes techniques

L’opérateur internet Free a confirmé sur Twitter que des coupures s’étaient bien produites au cours de la nuit : “Multiples actes de malveillances sur infra fibre durant la nuit et la matinée. Incidents circonscrits, problèmes résiduels en cours de correction sur Reims et Gravelines. Equipes Free mobilisées depuis 4h du matin”. Du côté de SFR, "des travaux sont en cours" afin de résoudre les interruptions de connexion dans l'agglomération lyonnaise, ainsi qu'en Île-de-France.

En revanche, Bouygues Télécom a assuré ne pas avoir subi de répercussions de ces actes car l'opérateur "n'utilise pas les liens concernés par ces dysfonctionnements et les services mobiles et fixes sont assurés normalement".

Le ministère de l'Economie a confirmé à l'AFP avoir été informé du problème de "tuyaux sectionnés" qui pourraient correspondre à des actes de vandalisme. "Ce genre d’incident de cette ampleur, ça n’arrive jamais", a déclaré à l'AFP une source proche du dossier. "C’est la première fois, et on ne sait pas qui c’est, pour l’instant", a-t-elle poursuivi, indiquant que des dispositifs de surveillance avaient été mis en place pour éviter que cela n'arrive ailleurs.


Dylan Veerasamy avec AFP

Tout
TF1 Info