Le décryptage d'anciens rouleaux de papyrus dévoilent des informations insolites sur la vie de Platon.
Son dernier jour et l'emplacement de sa tombe y sont notamment mentionnés.
Une intelligence artificielle a permis de reconstituer ces écrits trop endommagés.

La tombe du penseur grec pourrait avoir été trouvée grâce à une intelligence artificielle. La semaine dernière, une équipe de chercheurs italiens a annoncé avoir enfin réussi à déchiffrer certains passages de parchemins datant de près de deux millénaires et contenant des informations sur la vie du philosophe grec Platon. Ces documents avaient été carbonisés lors de l'éruption qui a enseveli Pompéi et Herculanum. 

Des indices sur les dernières heures de sa vie

Selon le texte, Platon aurait été vendu comme esclave sur l'île d'Égine, peut-être dès 404 avant JC alors que le territoire était sous domination spartiate, ou bien en 399 avant JC, peu après le décès de Socrate. Le papyrologue Graziano Ranocchia, de l’Université de Pise, impliqué dans les recherches, témoigne dans la presse de cette nouvelle perspective sur la vie de l'auteur de "La République". "Jusqu'à présent, on croyait que Platon avait été vendu comme esclave en 387 avant JC lors de son séjour en Sicile à la cour de Denys Ier de Syracuse", explique-t-il. L'ancien rouleau contenait également un récit jusqu'alors inconnu, détaillant comment le philosophe grec avait passé sa dernière soirée. Le maitre aurait écouté et critiqué un air de flûte joué par un esclave thrace. 

Mais parmi les nouvelles les plus essentielles dévoilées, l'emplacement de la tombe du penseur pourrait y être indiqué. "On apprend que Platon a été enterré dans le jardin qui lui était réservé de l’Académie à Athènes, près de ce que l’on appelle le Museion, ou sanctuaire sacré des Muses. Jusqu’à présent, on savait seulement qu’il avait été enterré dans l’Académie", selon un communiqué du Conseil national de la recherche, qui a collaboré aux travaux.

L'IA au secours des historiens et des philosophes

"Pour la première fois, nous avons pu lire des séquences de lettres cachées des papyrus qui étaient enveloppées dans de multiples couches, collées les unes aux autres au fil des siècles", témoigne le professeur Ranocchia. Ce rouleau a été conservé dans une villa d'Herculanum, ville engloutie par les cendres et la boue après l'éruption du Vésuve, et n'a été découvert qu'en 1750. Depuis, les chercheurs ont tenté de déchiffrer l'entièreté des écrits trouvés sur ce site, connu sous le nom de "Villa des Papyrus".

Grâce à un appareil alimenté par l'IA, surnommé "l'œil bionique", et à ses capacités de numérisation et d'infrarouge de pointe, environ 1.000 mots supplémentaires sur le manuscrit carbonisé ont été mis au jour. Le professeur Ranocchia a déclaré que la capacité d'identifier ces couches et de les réaligner virtuellement à leur position d'origine pour restaurer la continuité textuelle représente une avancée significative dans la collecte de grandes quantités d'informations.


Axel JUIN

Tout
TF1 Info